Génocide arménien : la Turquie met en garde la France

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, le 22 novembre 2011 à Ankara (Turquie).
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, le 22 novembre 2011 à Ankara (Turquie). (ADEM ALTAN / AFP)

Le Premier ministre turc a vivement protesté vendredi contre un texte prévoyant de sanctionner la négation du génocide, examiné jeudi à l'Assemblée nationale. 

Un projet de loi envenime de nouveau les relations entre la France et la Turquie vendredi 16 décembre. Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a menacé le président français Nicolas Sarkozy de conséquences "graves et irréparables" si la France adopte un texte réprimant la négation du génocide arménien.

"Ce projet de loi vise directement la république de Turquie, la nation turque et la communauté turque de France, et nous le considérons comme hostile", a justifié Erdogan. Le projet de loi, examiné jeudi 15 décembre à l'Assemblée, propose de sanctionner d'une peine de prison et d'une amende la négation du génocide arménien de 1915, que la Turquie refuse de reconnaître.

Devant les associations arméniennes, Nicolas Sarkozy, avant son élection en 2007, s'était engagé à soutenir un tel texte au Parlement. En visite en octobre à Erevan, la capitale arménienne, il avait à nouveau jugé la négation du génocide arménien inacceptable et appelé la Turquie à "revisiter son histoire", déclenchant les foudres d'Ankara. La France a reconnu en 2001 l'existence de ce génocide.