DIRECT. Fusillade de Munich : l'assaillant n'avait aucun lien avec l'Etat islamique, selon les enquêteurs

Les accès à la station de métro proche des lieux de la fusillade restent fermés, le 23 juillet 2016 au lendemain de l\'attaque.
Les accès à la station de métro proche des lieux de la fusillade restent fermés, le 23 juillet 2016 au lendemain de l'attaque. (KARL-JOSEF HILDENBRAND / DPA / AFP)

L'auteur de la fusillade, qui a agi seul, faisait l'objet d'un suivi psychiatrique, selon le chef de la police.

Au lendemain de la fusillade de Munich, qui a fait 9 morts, vendredi 22 juillet, les premiers éléments de l'enquête permettent de privilégier la piste d'un forcené plutôt que celle d'un terroriste.

"Pas la moindre relation" avec le groupe Etat islamique. Les perquisitions menées au domicile de l'auteur de la fusillade ont démontré qu'il n'avait aucun lien avec l'Etat islamique, a déclaré le chef de la police de Munich lors d'une conférence de presse.

"L'acte classique d'un forcené". Les enquêteurs estiment avoir affaire à un acte sans motivation politique. "Nous avons trouvé des éléments montrant qu'il se préoccupait des questions liés aux forcenés" auteurs de tueries, notamment des livres et des articles de journaux", a expliqué le chef de la police. "Le lien est évident avec le tueur norvégien Breivik", a-t-il ajouté. Le tueur de 18 ans souffrait "d'une forme de dépression", a par ailleurs indiqué le procureur.

Neuf morts et 27 blessés. Le bilan de l'attaque qui s'est déroulée dans le centre commercial s'élève à neuf morts et 27 blessés, dont dix graves. Parmi les victimes figurent une majorité de jeunes personnes âgées de moins de 20 ans.

22h57 : Ce soir, la Tour Eiffel est couleurs de l'Allemagne en hommage aux victimes de la fusillade de Munich.

21h29 : Le jeune homme qui, hier, a abattu neuf personnes et semé la terreur n'avait pas de lien avec le terrorisme islamiste. Mais il avait des antécédents psychiatriques. France 2 revient sur le profil de cet adolescent de 18 ans qui était fasciné par les tueries de masse.


(FRANCE 2)

17h52 : La tour Eiffel sera illuminée ce soir aux couleurs de l'Allemagne en "hommage aux victimes" de la fusillade de Munich, qui a fait neuf morts.

15h35 : Quelles sont les principales déclarations d'Angela Merkel ?

15h11 : Le tueur a bien attiré plusieurs de ses victimes en leur proposant des hamburgers gratuits, confirme le ministre allemand de l'Intérieur, cité par le correspondant de l'AFP à Berlin.

14h37 : La chancelière allemande félicite les forces de police et les habitants de Munich pour leur mobilisation. Elle a aussi un mot pour les messages de soutien venus de l'étranger.

14h37 : "[Nice, le train en Bavière, Munich], il s'agit toujours de lieux où chacun d'entre nous pourrait se trouver. Je comprends les gens qui ont du mal à aller dans une foule et à savoir s'ils sont en sécurité", poursuit Angela Merkel.

14h34 : "Nous pleurons tous ceux qui ne pourront jamais retrouver leur famille."

14h33 : Angela Merkel s'exprime après la fusillade de Munich.

14h19 : "Qu'est ce qui s'est passé ? On essaye de comprendre, c'est triste et on ne réalise pas !" confie une Munichoise habituée dans le centre commercial où a eu lieu la fusillade, hier soir. France 3 prend le pouls d'une ville sous le choc.







(FRANCE 3)

13h40 : Le tueur de Munich a probablement tendu un piège à un certain nombre des victimes en piratant un compte Facebook en proposant des hamburgers gratuits pour attirer un maximum de gens sur les lieux de la tuerie. La police a refusé de confirmer, indiquant que "l'enquête était toujours en cours".

13h25 : Le livre retrouvé dans sa chambre serait "La fureur dans la tête, pourquoi les étudiants tuent", de Peter Lang.

13h23 : D'après le tabloïd Bild, le tueur de Munich utilisait une photo de Breivik comme avatar sur l'application de messagerie Whatsapp.

13h11 : On connaît la nationalité de six des neuf victimes du tueur de Munich : trois étaient albanaises et trois turques.

12h45 : Les enquêteurs ont établi un lien "évident" entre la fusillade commise hier soir à Munich par un jeune de 18 ans et le tueur norvégien Anders Behring Breivik, qui avait tué 77 personnes il y a cinq ans jour pour jour, annonce le chef de la police de Munich : "Le lien est évident."

12h39 : La mairie de Munich annonce sur Facebook une journée de deuil dans la ville, et l'annulation des festivités prévues.

12h14 : "Pourquoi ?", se demande ce panneau, accroché non loin du centre commercial où a eu lieu la fusillade d'hier soir.



(Christof Stache / AFP)

12h07 : Des jeunes de 14 à 20 ans représentent l'écrasante majorité des victimes.

12h04 : Le porte-parole du procureur général affirme qu'on a retrouvé un livre sur les tueries de masse dans sa chambre. Le tueur, qui n'était pas connu des services de police, était suivi pour des troubles psychiatriques.

12h02 : Le chef de la police criminelle ajoute qu'on a retrouvé 300 balles dans le sac à dos du tueur de Munich. Son ordinateur est examiné en ce moment. D'après lui, il n'y a aucun lien avec l'Etat Islamique dans sa chambre, qui a été perquisitionnée ce matin.

11h57 : "800 policiers sont encore actifs", indique le chef de la police, qui explique que 2 300 agents ont été mobilisés dans la nuit.

12h33 : Quatre des 27 blessés soignés après la fusillade de Munich ont été blessés par balles.

11h58 : La conférence de presse de la police de Munich vient de commencer. Le chef de la police réaffirme qu'il n'y a pas à ce jour de lien avec l'Etat islamique et penche pour la piste d'un forcené.

11h45 : @anonyme Le chef de la police de Munich donnera une conférence de presse à la mi-journée. On en saura peut-être plus sur les motivations du tireur, qui demeurent floues.

11h45 : Attentat terroriste ou pas ? Quelles sont les dernières informations à ce sujet ?

10h55 : @francetvinfoForever Angela Merkel, qui est restée silencieuse jusqu'à présent, prononcera un discours à 14h30, indique un journaliste du Spiegel.

10h55 : A quelle heure parlera Angela Merkel ?

10h53 : Des perquisitions ont eu lieu dans un immeuble de la Dachauer Strasse où habitait l'auteur de la fusillade, dont on a appris qu'il était le fils d'un chauffeur de taxi. Des policiers ont été vus emportant des cartons de documents.




(TOBIAS HASE / DPA / AFP)

10h49 : D'après ses voisins, le tueur de Munich n'était pas un fondamentaliste islamiste. Une voisine le décrit comme "une bonne personne qui riait comme toute personne normale". Une autre raconte : "Je ne l'ai jamais vu en colère, je n'ai jamais entendu de problème avec la police ou avec les voisins."

10h08 : Les premières fleurs sont déposées près de l'Olympia Einkaufszentrum, théâtre de la fusillade d'hier.





(KARL-JOSEF HILDENBRAND / DPA / AFP)

09h22 : Une fois de plus l'Europe est frappée par des malades. Tout notre soutien à nos amis allemands !

09h22 : Solidarité avec le peuple allemand

09h21 : #Munich toutes mes prières vont aux compatriotes munichois, soyez prudents, Bitte bleiben sie zu Hause !

09h21 : On en sait un peu plus sur le profil des victimes du tueur. Le chef de la police de Munich a donné une conférence de presse cette nuit, indiquant que de "jeunes personnes" figuraient parmi les neufs morts, et que des enfants faisaient partie des blessés.

09h20 : L'Elysée a parlé hier soir d'acte terroriste, mais les autorités allemandes sont beaucoup plus prudentes. Elles jugent prématuré de qualifier l'acte de "terroriste" et n'ont pas de preuve immédiate d'un mobile à caractère islamiste. Les enquêteurs n'ont pas constaté de similitudes avec l'attaque à la hache commise par un jeune demandeur d'asile de 17 ans lundi dernier en Bavière, qui a fait cinq blessés et a été revendiquée par le groupe extrémiste sunnite Etat islamique.

09h16 : Effectivement, il n'y avait qu'un seul tireur, qui a été retrouvé à 1 km du centre commercial où a eu lieu la fusillade. Il s'est suicidé d'une balle dans la tête, indique le chef de la police de la ville.

09h14 : #Munich Qu'en est il ? Il y aurait un seul tueur alors que des témoins parlaient de 3 !

09h14 : Le ministère iranien des Affaires étrangères a condamné l'attaque menée par un Germano-Iranien hier à Munich. L'Iran "condamne" cet acte et "exprime sa solidarité avec le peuple et le gouvernement allemand".

Vous êtes à nouveau en ligne