Espagne. Deux pompiers tués dans les feux de forêt

Des pompiers tentent d\'éteindre, le 13 août 2012, un incendie qui s\'est déclaré à Torre Maçanes, près d\'Alicante (Espagne), où l\'un d\'eux est mort.
Des pompiers tentent d'éteindre, le 13 août 2012, un incendie qui s'est déclaré à Torre Maçanes, près d'Alicante (Espagne), où l'un d'eux est mort. (PEDRO ARMESTRE / AFP)

Le pays est toujours en proie aux incendies, qui ont déjà ravagé des milliers d'hectares.

INCENDIES - Pas de répit sur le front des flammes en Espagne. Deux pompiers, dont l'un était hospitalisé depuis dimanche 12 août, ont été tués en combattant un incendie, qui ravage une zone boisée près d'Alicante, dans le sud-est du pays. Deux autres pompiers ont été blessés et sont toujours hospitalisés, lundi 13 août. 

Le feu s'est déclaré dimanche la mi-journée à Torre Maçanes, "dans une zone de pins adultes", a indiqué une porte-parole des services d'urgence de la région espagnole de Valence. Il était "toujours actif" lundi matin.

Depuis vendredi, du nord au sud du pays submergé par une vague de chaleur africaine, pompiers, militaires ou volontaires armés de simples seaux d'eau luttent jour et nuit contre les flammes. Ils tentent de sauver des maisons et d'empêcher le feu de gagner du terrain. Des milliers d'hectares de végétation sont partis en fumée, comme aux Canaries où près de 5 000 villageois ont dû quitter leurs maisons. Au total, dans l'archipel, le feu a brûlé 900 hectares en deux jours, notamment dans le parc naturel de Garajonay, classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

Une sécheresse sans précédent

Les températures ont baissé dimanche sur le nord, ce qui a permis aux pompiers de ralentir ou d'arrêter l'avancée des feux. Mais le sud-est de l'Espagne reste une zone à hauts risques. Le pays, frappé par une sécheresse sans précédent depuis soixante-dix ans, vit cet été ses incendies les plus dévastateurs des dix dernières années : entre le 1er janvier et le 5 août, 132 300 hectares de végétation ont brûlé, selon le ministère de l'Agriculture.

L'organisation WWF Espagne (lien en espagnol) a calculé qu'en 2012, plus de 65% des incendies répertoriés comme importants, c'est-à-dire ayant brûlé plus de 500 hectares, ont ravagé des sites protégés.