Allemagne : victoire électorale éclatante pour Merkel avant les législatives

La famille du candidat de la CDU Armin Laschet  fètent la victoire de leur parti aux élections locales en Rhénanie du Nord-Westphalie, le 14 mai 2017 à Düsseldorf (Allemagne).
La famille du candidat de la CDU Armin Laschet fètent la victoire de leur parti aux élections locales en Rhénanie du Nord-Westphalie, le 14 mai 2017 à Düsseldorf (Allemagne). (KAY NIETFELD / DPA / AFP)

Le SPD du social-démocrat Martin Schulz enregistre une troisième défaite de rang contre les chrétiens-démocrates de la CDU.

Angela Merkel consolide son statut de favorite pour les élections législatives de septembre en Allemagne. La CDU, le parti conservateur de la chancelière allemande, a remporté, dimanche 14 mai, un scrutin clé en Rhénanie du Nord-Westphalie, l'Etat le plus peuplé d'Allemagne et surtout un fief social-démocrate, selon les projections diffusées par les chaînes publiques ARD et ZDF (liens en allemand). L'Union chrétienne-démocrate (CDU) que préside Angela Merkel a remporté environ 34,5% des voix, quatre points de plus que le Parti social-démocrate (SPD). 

Les populistes de l'AfD renforcés

Le SPD enregistre le pire résultat de son histoire dans cet Etat de l'ouest du pays. Sa défaite est d'autant plus cuisante que le rival d'Angela Merkel dans la course à la chancellerie, l'ex-président du Parlement européen, Martin Schulz, est un enfant de cette ancienne région sidérurgique. Cette défaite est aussi la troisième de rang pour le SPD en 2017, après celles en Sarre et au Schleswig-Holstein. Or Martin Schulz, distancé dans les sondages par Angela Merkel, avait besoin d'un succès pour relancer sa campagne.

Les libéraux FDP, alliés naturels de la CDU, ont obtenu un score régional historique d'environ 12%. Suivent les populistes de droite de l'AfD (7,5%), qui entrent ainsi dans leur 13e parlement régional sur les 16 que comptent l'Allemagne. Ils consolident ainsi leurs chances d'entrer au parlement fédéral à l'issue des législatives malgré une baisse de popularité et des querelles internes. Enfin, les alliés du SPD au gouvernement rhénan, les Verts, divisent leur score presque par deux à environ 6%.