Les Bourses européennes bondissent après les annonces de la BCE

Un trader à la bourse de Francfort (Allemagne), jeudi 6 septembre. Les bourses européennes ont accueilli favorablement la série d\'annonces de la Banque centrale europénne.
Un trader à la bourse de Francfort (Allemagne), jeudi 6 septembre. Les bourses européennes ont accueilli favorablement la série d'annonces de la Banque centrale europénne. (JOHANNES EISELE / AFP)

Paris a clôturé en forte hausse (+3,06%). Francfort a terminé sur une progression de 2,91%, quand Londres a pris 2,11%. Mario Draghi a annoncé le lancement d'un programme de rachat d'obligations.

CRISE DE LA DETTE - La Banque centrale européenne (BCE) veut rassurer les investisseurs : l'euro est "irréversible". C'est ce qu'a répété son président, Mario Draghi, lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Francfort (Allemagne), jeudi 6 septembre. Il a annoncé devant les journalistes que la BCE allait lancer un nouveau programme de rachat d'obligations. Cela doit permettre de faire baisser les coûts de financement des Etats en difficulté de la zone euro, comme la Grèce ou l'Espagne.

Les places boursières européennes ont réagi très favorablement à cette annonce. A la clôture, Paris a gagné 3,06%, Francfort 2,91% et Londres 2,11%. En première ligne, les Bourses de Madrid (+4,91%) et Milan (+4,31%) ont terminé sur une note euphorique.

Un "filet de sécurité" pour la zone euro

Le conseil des gouverneurs de la BCE s'est accordé sur les modalités de "transactions monétaires directes", a précisé Mario Draghi, à l'issue de la réunion mensuelle de politique monétaire du conseil. Le nouveau plan de rachat de dette sera mis en œuvre sur le marché secondaire pour "préserver la transmission de la politique monétaire dans tous les pays de la zone euro".

Ce plan a pour but de corriger les distorsions des marchés obligataires et d'apaiser les craintes "infondées" des investisseurs sur la pérennité de la monnaie européenne, a-t-il poursuivi, déclarant que "l'euro est irréversible". Déjà, en juillet, Draghi avait prévenu que la BCE était "prête à tout pour sauver l'euro".

Le plan, auquel se serait opposé la Bundesbank allemande, devrait constituer un "filet de sécurité pleinement efficace pour prévenir des scénarios potentiellement destructeurs", a déclaré le président de la BCE. Il doit remplacer un précédent plan lancé en mai 2010, limité en temps et en montant. Il n'était pas assez efficace.

Une aide ouverte aux pays en difficulté

Cette fois, la BCE achètera, sur le marché secondaire, des obligations d'Etat de 1 à 3 ans et ne fixera "pas de limite quantitative", a annoncé Draghi.

Ces achats se feront sous strictes conditions de demande d'aide au Fonds européen de stabilité financière (FESF) par les pays qui souhaiteront en bénéficier.

L'euro à la fête

L'effet de ces annonces sur le marché de la dette a été immédiat. Les taux d'emprunt à long terme de l'Espagne et de l'Italie se sont ainsi détendus fortement, reculant respectivement à 6,065% et à 5,315% pour des emprunts à 10 ans.

Outre ces annonces, Draghi a indiqué que le principal taux directeur de la BCE resterait  à 0,75%. Conséquence : l'euro est remonté à son niveau le plus élevé depuis deux mois, à 1,2652 dollar, contre 1,2600 dollar mercredi soir.