Crash d'un avion d'EgyptAir : aucun aéroport n'est infaillible

France 2

Malgré des dispositifs de sécurité drastiques, les aéroports ne peuvent contrôler à 100% tous les avions, d'après Michel Polacco.

Ce jeudi 19 mai, quelques heures après le crash en Méditerranée de l'Airbus MS804 d'EgyptAir qui faisait la liaison Paris - Le Caire avec 66 personnes à son bord, les questions sont légion. Et l'éventualité d'un engin explosif placé dans l'appareil lors de l'une de ses escales n'est pas écartée.

Les mesures de sécurité sont nombreuses, notamment à Roissy-Charles-de-Gaulle. Mais elles ne sont pas sans faille. "Le contrôle, le nettoyage, l'inspection sont évidemment des garanties, mais quand un avion vient sur un terrain et qu'il fait une escale de 35 minutes, vous imaginez bien qu'on ne va pas le démonter", explique Michel Polacco, spécialiste en aéronautique.

"Il est possible de passer au travers"

Les lacunes sont inévitables, à moins de réaliser des fouilles longues et fastidieuses à chaque instant. Sur le plateau de France 2, Michel Polacco poursuit : "Un jour, une fois de temps en temps, hélas, il faut bien se dire qu'il est possible de passer au travers de ce système, de cette énorme bulle mondiale. Il ne faut pas oublier qu'elle englobe tous les aéroports du monde".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne