120 000 manifestants défient Vladimir Poutine à Moscou

C'est une journée test pour l'opposition russe qui manifeste samedi contre la victoire du parti de Vladimir Poutine aux législatives du 4 décembre.

Des dizaines de milliers de manifestants mobilisés contre Vladimir Poutine, le 24 décembre 2011.
1/6
Le rassemblement organisé le 24 décembre 2011 à moscou a rassemblé plus de 120 000 manifestants, selon les organisateurs, 28 000 selon la police, pour contester la victoire de Vladimir Poutine aux élections législatives du 4 décembre.
YURI KADOBNOV / AFP
Une pancarte arborée par des manifestants à Moscou, le 24 décembre 2011. Elle représente Vladimir Poutine, habillé d\'un préservatif.
2/6
Une pancarte arborée par des manifestants à Moscou, le 24 décembre 2011. Elle représente Vladimir Poutine, habillé d'un préservatif. C'est ainsi que le Premier ministre avait qualifié le ruban bleu, le symbole arboré par les manifestants, lors d'une émission de télévision.
KADOBNOV AFP PHOTO / KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP
Le portrait de Mikhail Khodorkovsky, un magnatdu pétrole  russe emprisonné par le régime de Vladimir poutine, brandi par des manifestants le 24 décembre 2011.
3/6
Le portrait de Mikhail Khodorkovsky, le magnat du pétrole russe emprisonné, ennemi intime de Vladimir poutine, brandi par des manifestants le 24 décembre 2011 à Moscou (Russie).
YURI KADOBNOV / AFP
L\'écrivain Boris Akunin, le 24 décembre 2011 à Moscou
4/6
Après que la foule ait scandé "Poutine démission!", l'écrivain Boris Akunin a déclaré depuis une tribune "M. Poutine, demain toute la Russie scandera ça pour vous!"
KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP
Une pancarte représentant les trois présidents russes, Boris Eltsine, Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev, sortant de poupées russes, accompagnés du mot \"Assez!\", le 24 décembre 2011, à Moscou (Russie)
5/6
Une pancarte représentant les trois présidents russes, Boris Eltsine, Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev, sortant de poupées russes, accompagnés du mot "Assez!", le 24 décembre 2011, à Moscou (Russie).
KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP
Des manifestants dénonçant des fraudes électorales en Russie, tenant une banderole sur laquelle est écrite \"Notre vote a été volé\", le 24 décembre 2011, à Novosibirsk, en Sibérie.
6/6
Des manifestants dénonçant des fraudes électorales en Russie, tenant une banderole sur laquelle est écrite "Notre vote a été volé", le 24 décembre 2011, à Novosibirsk, en Sibérie.
VALERY TITIEVSKY / AFP

L'opposition russe avait bon espoir de faire encore mieux que lors du dernier rassemblement. Ce serait chose faite selon les organisateurs du rassemblement qui dénombrent 120 000 manifestants descendus le samedi 24 décembre dans les rues de Moscou pour contester la victoire de Vladimir Poutine aux législatives du 4 décembre dernier.

Le 10 décembre dernier, une mobilisation sans précédent avait déjà vu le jour au lendemain d'un scrutin au cours duquel les accusations de fraude se sont multipliées. Les opposants ont reçu de nombreux soutien dont celui de l'ex-président soviétique Mikhaïl Gorbatchev, ou encore du Conseil consultatif pour les droits de l'Homme auprès du Kremlin, qui a réclamé "une nouvelle législation électorale dans le but d'organiser sur cette base des élections législatives anticipées".

Des centaines de policiers et de forces anti-émeutes

Samedi 24 décembre, l'opposition a réuni plusieurs dizaines de milliers de manifestants sur la Perspective Sakharov, au centre de Moscou. Le régime russe n'a fait aucun commentaire sur cette manifestation encadrée par des centaines de policiers et de forces anti-émeutes. Des rassemblements moins importants ont également été organisés dans des dizaines de villes de Russie.

Pour Vladimir Poutine, l'actuel Premier ministre, ce mouvement de contestation est une première dans sa carrière politique débutée par son arrivée à la présidence en 2000. L'homme fort du Kremlin compte retrouver la présidence après les prochaines élections en mars 2012. Invité à s'exprimer sur cette mobilisation lors d'une émission de télévision, Vladimir Poutine avait comparé les manifestants à des "singes" et qualifié le symbole de l'opposition, un ruban bleu, de "préservatif".

Vous êtes à nouveau en ligne