Des livres vivants pour lutter contre les discours de haine

(Conseil de l'Europe 2014)

C’est une très belle idée…Initiée par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et par son service de la Jeunesse. Pour lutter contre les discours de haines, l’extrémisme et les mouvements néo nazis, faire appel à des témoignages, des livres vivants.

Cette bibliothèque vivante fonctionne comme une bibliothèque traditionnelle. Les « lecteurs » empruntent pour une durée précise, en général une vingtaine de minutes, un livre vivant. Un homme, une femme qui racontent. Ils ont pu être victimes de faits racistes, de discours de haine, en particulier des réfugiés ou des Roms. Mais ils ont aussi pu être bourreaux. Ainsi d’anciens néo nazis étaient présents à Strasbourg. Ajoutez à cela, plusieurs livres militants actifs contre l’extrémisme, et vous aurez une idée à peu précise des étagères de cette bibliothèque pas comme les autres.
 
Une lutte nécessaire
 
Cette idée est née à l’occasion d’un rapport de l’Assemblée parlementaire du Conseil signée par une suédoise Marietta Pourbaix-Lundin. Gouvernements et responsables politiques doivent s’unir autour de l’idée d’un « consensus démocratique » sur la question. Ce rapport demande également que les pouvoirs publics européens soutiennent l’idée d’une journée européenne des victimes de crimes de haine. La date proposée, le 22 juillet, date anniversaire des massacres perpétrés en Norvège. Près de 80 personnes étaient décédées à Oslo et sur l’île d’Utøya. Il existe déjà, mais de manière dispersées ou nationales, des actions destinées à combattre ces discours et ces actes de haine, mais l’idée est bien de regrouper les états dans cette lutte, car le phénomène est hélas devenu pan européen.
Et la présence même de ces livres vivants a su convaincre de nombreux parlementaires venus à Strasbourg pour cette session de l’Assemblée du Conseil de l’Europe.
 
Vous êtes à nouveau en ligne