Des graines de fenugrec importées d'Egypte ont joué un rôle dans l'intoxication à la bactérie E.Coli

Bactéries E. coli entéro-hémorragique (ECeh). Image mis à disposition par l\'intitut allemand HZI
Bactéries E. coli entéro-hémorragique (ECeh). Image mis à disposition par l'intitut allemand HZI (AFP PHOTO HO / Manfred Rohde)

Pour l'agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA), "L'enquête de traçabilité (...) a montré jusqu'alors que des graines de fenugrec importées d'Egypte en 2009 et/ou en 2010 sont impliquées dans les deux déclenchements" des intoxications en Allemagne et en France.L'intoxication à la batérie E.Coli a fait 48 morts en Europe.

Pour l'agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA), "L'enquête de traçabilité (...) a montré jusqu'alors que des graines de fenugrec importées d'Egypte en 2009 et/ou en 2010 sont impliquées dans les deux déclenchements" des intoxications en Allemagne et en France.

L'intoxication à la batérie E.Coli a fait 48 morts en Europe.

"Il y a encore beaucoup d'incertitudes sur le point de savoir si c'est vraiment la cause commune de toutes les infections, dans la mesure où il n'y a pas actuellement de résultats bactériologiques positifs", a cependant ajouté l'agence européenne basée à Parme .

Le lot importé en 2009 "paraît impliqué dans le déclenchement en France et celui de 2010 est considéré comme étant impliqué dans le déclenchement en Allemagne", ont relevé l'EFSA et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

La distribution examinée à la loupe

Ces deux organismes indiquent que l'enquête continue, notamment sur l'aspect distribution de ces lots en Allemagne et à travers l'Europe.

Le secrétaire d'Etat français à la Consommation Frédéric Lefebvre a mis en cause des graines du britannique Thompson & Morgan dans les cas d'intoxication à la bactérie E.coli survenus à Bordeaux.

Une dizaine de personnes ont été atteintes par la bactérie E.coli dans l'agglomération. L'enquête de traçabilité réalisée par la Direction de la Consommation (DGCCRF) du ministère français a montré que les graines germées consommées étaient du fenugrec, de la moutarde et de la roquette.

L'épidémie provoquée par la bactérie a fait au moins 48 morts en Europe, dont 47 en Allemagne, selon les autorités sanitaires allemandes.

Paris déconseille de manger des graines germées
La consommation de graines germées qui concentrent autour d'elles les suspicions de contamination à la bactérie E.Coli, alors que dix personnes sont toujours hospitalisées à Bordeaux est déconseillé par la France .

C'est une mesure prise à titre "préventif", indiquent la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et la Direction générale de la santé (DGS), qui rappellent que "seule la cuisson à haute température permet de tuer les bactéries comme l'E.Coli".

Bordeaux: état stable pour neuf des patients hospitalisés
A Bordeaux, l'une des dix personnes hospitalisées, un homme de 53 ans admis lundi à l'hôpital pour des diarrhées sanglantes, est sortie mardi, a indiqué mercredi l'agence régionale de santé (ARS) d'Aquitaine. L'état de santé des neuf autres patients, hospitalisés en raison de diarrhées sanglantes ou de complications en syndrome hémolytique et urémique (SHU), était jugé "stable" mercredi, deux femmes étant cependant plus gravement atteintes.

Des professionnels de la filière inquiets
L'un de ces malades aurait consommé des graines germées le 14 juin dans un cadre privé, et au moins six autres sur des soupes le 8 juin lors d'une kermesse dans un centre de loisirs à Bègles (Gironde).

Pour les professionnels de la filière des graines germées, la recommandation des autorités françaises est "consternante, ça risque tout simplement de nous être fatal", estime Philippe Bourgois, à la tête de Germ'line, qui produit à Sancoins (Cher) 2.000 tonnes de graines germées bio par an.

"Je m'élève contre ce débat qui consiste à dire +la graine germée, c'est un facteur de risque+. Oui, ça peut l'être quand on le fait mal. Mais quand on s'entoure des précautions élémentaires, c'est parfaitement maîtrisable".

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les enquêtes lors de précédentes épidémies ont montré que "les agents pathogènes trouvés dans les graines germées viennent très probablement des graines elles-mêmes", contaminées "dans les champs ou au cours de la récolte, de la conservation ou du transport".

Les bactéries "peuvent rester dormantes sur les graines pendant des mois", selon Stephen Smith, un microbiologiste du Trinity College (Dublin), la population bactérienne pouvant être multipliée par 100.000 pendant la germination.

Vous êtes à nouveau en ligne