Déficit : Bruxelles veut un effort supplémentaire de la France dès 2016

(Le ministère de l'Economie va devoir répondre aux exigences de Bruxelles © RF/ Catherine Grain)

La Commission européenne avait donné mercredi deux ans de plus à la France pour ramener son déficit sous la barre des 3%. Ce vendredi, elle précise ses exigences, le déficit ne devra pas dépasser 3,4% du PIB en 2016 et 2,8% en 2017.

Deux jours après avoir accordé un nouveau délai à la France, Bruxelles augmente la pression sur Paris. La Commission attend un déficit public de 4,0% du PIB en 2015 (au lieu des 4,1% promis par le gouvernement français), de 3,4% en 2016 là où Paris prévoit 3,6% et de 2,8% en 2017, année où le pays est censé repasser sous la barre des 3%. La France est capable de respecter la trajectoire "exigeante" fixée par Bruxelles a déjà réagi Michel Sapin.

Menace de sanctions

Pour 2015, les chiffres étaient déjà connus: la Commission a fixé à la France un effort structurel de 0,5 point de PIB. Pour l'instant, le compte n'y est pas. Il manque donc 0,2 point, soit l'équivalent de 4 milliards d'euros. Ce qui pousse Bruxelles à mettre la pression sur la France et à demander très vite des gages de rigueur budgétaire. Si ils ne sont pas donnés d'ici l'été, l'ouverture d'une procédure de sanctions à l'encontre de la France n'est pas exclue, ce qui serait une première dans l'histoire européenne. "Nous ferons ce que nous avons à faire pour que la France respecte ses engagements de diminuer son déficit structurel de 0,5 point de PIB en 2015 ", veut rassurer Michel Sapin.