Les Etats de l'UE échouent à trouver un successeur à Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission

Jean-Claude Juncker donne une conférence de presse à Bruxelles, le 21 juin 2019.
Jean-Claude Juncker donne une conférence de presse à Bruxelles, le 21 juin 2019. (ARIS OIKONOMOU / AFP)

Les pays membres devaient nommer le prochain président de la Commission, jeudi.

Un nouveau sommet européen a été convoqué le 30 juin. Jeudi 20 juin, les dirigeants des 28 n'ont pas réussi à s'accorder sur le candidat à la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission. "Il n'y a eu de majorité sur aucun candidat", a déclaré le président du Conseil européen, Donald Tusk, après plusieurs heures de discussions entre chefs d'Etat et de gouvernement lors d'un sommet à Bruxelles.

Les pays membres devaient se décider sur les nominations aux plus hauts postes de l'Union (présidents de la Commission, du Conseil et de la Banque centrale européenne, et Haut représentant pour les affaires étrangères). Mais des désaccords ont empêché de placer le conservateur allemand Manfred Weber à la tête de la Commission, le poste jugé le plus important. Le candidat du Parti populaire européen (PPE), dont Paris, Madrid et quelques autres ne veulent pas, avait été informé plus tôt jeudi que les députés européens socialistes et libéraux ne le soutiendraient pas, le privant de la majorité requise pour être élu.

Vous êtes à nouveau en ligne