Ce que l'on sait de l'attaque qui a fait un mort et trois blessés dans une gare près de Munich, en Allemagne

Les enquêteurs de la police allemande se tiennent sur le quai où un homme a tué une personne à coup de couteau et en a blessé trois autres à Grafing, près de Munich, en Allemagne, le 1er mai 2016.
Les enquêteurs de la police allemande se tiennent sur le quai où un homme a tué une personne à coup de couteau et en a blessé trois autres à Grafing, près de Munich, en Allemagne, le 1er mai 2016. (ANDREAS GEBERT / DPA/AFP)

L'assaillant, muni d'un couteau, a crié "Allah est le plus grand" en arabe, selon des médias locaux. Il était suivi pour troubles psychiatriques et toxicomanie, selon une chaîne allemande.

Mardi 10 mai, un homme a attaqué au couteau quatre personnes dans la gare de la petite ville de Grafing, en Allemagne, tuant l'une d'elles et blessant  les trois autres. L'auteur de ces agressions a été arrêté. Que sait-on de cette attaque et de ses mobiles ?

Que s'est-il passé ?

Un Allemand, âgé de 27 ans, a agressé au couteau, vers 5 heures du matin, quatre personnes se trouvant dans une gare de S-Bahn (train interurbains) de Grafing, une petite ville située au sud-est de Munich (Bavière). Il a attaqué un passager dans un train, un autre voyageur sur le quai de la gare, puis les deux derniers à l'extérieur de la station, a expliqué Karl-Heinz Segerer, un porte-parole de la police criminelle bavaroise.

Un homme de 50 ans est mort de ses blessures, a annoncé le parquet. Les autres victimes sont âgées de 58, 43 et 55 ans.

La ville de Grafing se trouve au sud-est de Munich (Allemagne), en Bavière.
La ville de Grafing se trouve au sud-est de Munich (Allemagne), en Bavière. (GOOGLE MAPS)

Selon des médias locaux, citant des témoins, l'assaillant a crié "Allah est le plus grand" en arabe. Selon le parquet et la police le suspect a été arrêté sur les lieux du drame, dans cette ville de quelque 13 000 habitants.

"L'agresseur présumé a été arrêté, il n'y a plus de danger pour la population", a assuré une porte-parole de la police. Selon elle, la gare a été fermée pour permettre aux enquêteurs de travailler.

Que sait-on de l'auteur et de ses motivations ?

"L'agresseur a fait des déclarations sur place [au moment de l'attaque] qui renvoient à une motivation politique, a priori islamiste. La nature exacte de ces déclarations est en train d'être vérifiée", a dit à l'AFP un porte-parole du parquet de la capitale bavaroise. Le suspect n'est pas originaire de la région, selon le parquet.

L'hypothèse islamiste est privilégiée pour l'instant par le parquet, mais elle n'est pas la seule. Selon le correspondant en Allemagne de France 2 Amaury Guibert,  des médias allemands rapportent que l'assaillant était suivi en psychiatrie et se droguait.

Le ministre bavarois de l'Intérieur a d'ailleurs indiqué que les enquêteurs allaient vérifier s'il pouvait "s'agir d'un déséquilibré ou d'une question de dépendance à la drogue".

Y a-t-il des précédents ?

Si le mobile islamiste de l'attaque est confirmé par l'enquête, il s'agira de la troisième du genre depuis septembre 2015 en Allemagne. Les deux précédentes avaient visé des policiers. Fin mars, une adolescente de 15 ans, ressortissante germano-marocaine, a gravement blessé un membre des forces de l'ordre dans la gare de Hanovre, à l'occasion d'un contrôle de routine dans une gare.

En septembre 2015, un Irakien de 41 ans, en liberté conditionnelle après avoir purgé une peine pour appartenance à une organisation "terroriste" et un projet d'attentat contre un Premier ministre irakien en 2004, a été tué par la police après avoir blessé une policière à Berlin. Là aussi, l'arme utilisée par l'agresseur, Rafik Youssef, était un couteau.

L'Allemagne n'a jusqu'à présent pas été touchée par une attaque jihadiste d'ampleur, contrairement à ses voisins français et belge. Mais deux combattants germanophones revendiquant leur appartenance au groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie ont menacé le pays et la chancelière Angela Merkel en août 2015.

Vous êtes à nouveau en ligne