"Bloody Sunday" : un ancien soldat britannique arrêté 43 ans après

(Le 40e anniversaire du Bloody Sunday, à Londonderry en 2012 © REUTERS/Cathal McNaughton)

Il s'agit de la première interpellation, depuis l'ouverture d'une enquête criminelle en 2012. Un ancien soldat britannique de 66 ans vient d'être arrêté. Le 30 janvier 1972, lors d'une manifestation pacifique, 14 personnes avaient été tuées par l'armée britannique.

C'était le 30 janvier 1972 - un dimanche. Lors d'une manifestation pacifique à Londonderry, en Irlande du Nord, 14 personnes avaient été tuées par l'armée britannique. "Bloody Sunday" donc. Une première enquête avait exonéré les militaires ; une seconde, en 2012, a conclu que les parachutistes avaient tiré les premiers sur la foule. Dans la foulée, le Premier ministre David Cameron a présenté des excuses, décrivant l'action de l'armée comme "injustifiable " et ouvrant la voie au paiement de dommages.

Ce mardi, le ministère de la Défense a annoncé qu'un ancien soldat britannique avait été arrêté - "un ancien soldat a été arrêté par les services de police d'Irlande du Nord, en lien avec l'enquête sur les événements du Bloody Sunday", dit-il. Un homme de 66 ans, selon la police nord-irlandaise : "le suspect est interrogé dans un commissariat de Belfast".

Avant d'ajouter : cette interpellation marque** "une nouvelle phase dans l'enquête". Et pour cause : il s'agit de la première interpellation depuis le drame.