Belgique : un salarié d'ArcelorMittal se suicide et met en cause Mittal

Un site d\'ArcelorMittal à Liège (Belgique), le 18 septembre 2012.
Un site d'ArcelorMittal à Liège (Belgique), le 18 septembre 2012. (ERIC LALMAND / BELGA)

"Monsieur Mittal m’a tout pris", a écrit le syndicaliste dans une lettre qu'il a souhaité faire lire lors de ses funérailles.

Un salarié belge du géant de l'acier ArcelorMittal s'est suicidé par pendaison, rapporte le site de la RTBF, mardi 15 octobre. Un geste qui survient samedi, deux ans jour pour jour après l'annonce de l'arrêt des hauts-fourneaux de Liège. Agé de 45 ans, ce militant syndicaliste allait perdre son emploi, comme plus de 2 000 salariés d'ArcelorMittal concernés par la fermeture de la "phase à chaud" et d'une partie de la "phase à froid" dans le bassin sidérurgique wallon.

Dans sa lettre d'adieu, qu'il souhaite faire lire lors de ses funérailles, l'homme met en cause le dirigeant indien du groupe, Lakshmi Mittal. "Je veux que vous respectiez ma femme et ma fille, ils n’y sont pour rien. Je les ai fait souffrir énormément à cause de mon boulot pour Monsieur Mittal. Il m’a tout pris : mon emploi, ma famille. Combien de familles va-t-il encore détruire ? Moi, je n’en peux plus de ce milliardaire", écrit-il dans son courrier, dont des extraits ont été publiés par le journal. Il ajoute : "Ma petite femme et ma fille, je veux que vous sachiez que je vous aime mais Monsieur Mittal m’a tout repris : la fierté, la politesse et le courage de me battre pour ma famille."

Le syndicaliste n'épargne pas non plus l'exécutif belge. Il demande dans sa lettre : "Cher gouvernement, allez-vous enfin sauver les milliers d’emplois des familles qui en valent la peine ?"