Belgique : le cerveau des attentats déjoués est toujours en fuite

(Les cinq personnes arrêtées en Grèce étaient soupçonnées d'avoir un lien avec une cellule terroriste belge © Reuters-Eric Vidal)

Abdelhamid Abaaoud, la tête pensante de la cellule djihadiste démantelée en Belgique, court toujours. Après l'interpellation de deux hommes en Grèce samedi, le parquet de Belgique annonce ce dimanche l'absence de liens entre ces hommes.

La Belgique avait annoncé samedi l’arrestation d’au moins quatre hommes à Athènes. Dans un premier temps, la justice belge avait évoqué des probables liens avec la cellule djihadiste démantelée en Belgique cette semaine. Le parquet belge a finalement annoncé ce dimanche que deux personnes seulement se trouvaient en état d'arrestation et qu’il n’y avait pas de lien.

Rebondissement dimanche soir, quand le parquet fédéral a cette fois-ci annoncé avoir demandé l'extradition d'un des suspects. Il pourrait, lui, être en lien avec cette fameuse cellule. Mais rien de sûr pour l'instant. Parmi les personnes arrêtées, la Belgique espérait avoir coincé Abdelhamid Abaaoud, un Belge de 27 ans présenté comme le cerveau de la cellule djihadiste démantelée. La police grecque a effectué des tests ADN et de relevés d’empreintes qui n’ont visiblement pas été concluantes.

Les recherches continuent en Grèce

Le parquet a refusé de confirmer ou démentir qu'Abdelhamid Abaaoud aurait commandé et financé le réseau depuis la Grèce ou la Turquie. Il aurait passé des coups de téléphone depuis la Grèce au frère d'un des deux djihadistes présumés qui ont été tués lors de  l'assaut de la police à Verviers.

 

Le ministre de la Justice belge, Koen Geens a confirmé ce dimanche après-midi à la télévision flamande qu'Abdelhamid Abaaoud était toujours en cavale, sans reconnaître ou infirmer la présence du chef de file de la cellule djihadiste sur le sol grec. Il a d'ailleurs commenté l'arrestation à Athènes : "Les arrestations qui ont eu lieu hier soir n'ont pas permis de mettre la main sur la bonne personne. On continue de le rechercher activement et je suppose que cela va réussir."

Les recherches se poursuivent en Grèce et en Belgique. De nouvelles perquisitions ont été menées dimanche matin à Bruxelles, notamment à Molenbeek, où Abdelhamid Abaadou a vécu.

Point sur l'enquête en cours avec Joana Hostein
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►►Belgique : les djihadistes ciblaient le palais de justice, le chef identifié

En Belgique, où le niveau d'alerte a été relevé d'un cran, à 3 sur une échelle de 4, environ 150 soldats ont été déployés samedi matin pour surveiller des sites sensibles, à Bruxelles et dans le quartier diamantaire d'Anvers où vit une importante communauté juive.

Vous êtes à nouveau en ligne