Autriche : le conservateur Sebastian Kurz signe un accord de gouvernement avec les Verts

Le leader du parti conservateur autrichien ÖVP, Sebastian Kurz, le 11 novembre 2019 à Vienne.
Le leader du parti conservateur autrichien ÖVP, Sebastian Kurz, le 11 novembre 2019 à Vienne. (JOE KLAMAR / AFP)

Après avoir dirigé son pays avec l'extrême droite, le jeune dirigeant chrétien-démocrate s'est tourné vers les écoogistes pour batir sa nouvelle majorité.

Une alliance inédite pour diriger l'Autriche. Le conservateur Sebastian Kurz et les Verts ont scellé, mercredi 1er janvier, un accord de coalition qui va permettre au jeune dirigeant chrétien-démocrate de redevenir chancelier, après avoir gouverné son pays jusqu'en mai avec l'extrême droite.

"Le parti ÖVP et les Verts se sont entendus sur un programme de gouvernement", a indiqué à l'AFP un responsable de la formation écologiste, qui va pour la première fois participer à une coalition gouvernementale. Un responsable du parti conservateur a confirmé cet accord.

Une première pour les Verts autrichiens

L'Autriche va donc expérimenter pour la première fois une coalition entre l'ÖVP, poids lourd de la politique nationale, et la formation écologiste Die Grünen, qui a enregistré une percée aux dernières élections. Le pays d'Europe centrale, peuplé de 8,9 millions d'habitants, figurera aussi avec la Suède, la Finlande, la Lituanie et le Luxembourg parmi les Etats membres de l'UE où des écologistes participent au gouvernement, dans un contexte où les appels à agir contre le changement climatique se font de plus en plus pressants.

Le tandem n'a rien d'évident entre le libéral Sebastian Kurz, partisan d'une ligne dure sur l'immigration, et des Verts politiquement ancrés à gauche qui ont été parmi les opposants les plus virulents au jeune dirigeant de 33 ans lorsqu'il avait fait le choix, en décembre 2017, de s'allier avec l'extrême droite pour son premier mandat.

Cette union de la droite conservatrice et des nationalistes avait volé en éclat au bout de 18 mois, lorsque le leader de l'extrême droite et vice-chancelier Heinz-Christian Strache a été mis en cause dans une affaire de corruption, à la suite de la diffusion d'une vidéo en caméra cachée. Contraint de saborder sa coalition, Sebastian Kurz avait convoqué des élections anticipées que son parti a largement remportées (37,5% des voix).

Vous êtes à nouveau en ligne