Inlassablement, Ginette Kolinka raconte la Shoah d'école en école

France 3

À presque 100 ans, Ginette Kolinka, juive rescapée des camps d'extermination nazie, va dans les écoles pour témoigner. Il lui a pourtant fallu du temps pour parler des atrocités qu'elle a vécues.

Les murs de l'appartement de Ginette Kolinka racontent tout de sa vie : son bonheur familial, les disques d'or de son fils, batteur du groupe Téléphone, et, dans un petit salon, les pages sombres. Des membres de sa famille déportée, elle est la seule à être revenue du camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau. Elle s'est pourtant tue pendant plus de 50 ans. "Je ne voulais pas embêter les gens avec mon histoire. Je me rattrape maintenant", confie Ginette Kolinka.

Peur du retour de la haine

À près de 95 ans, elle a un emploi de temps très rempli. Elle part pour une semaine de témoignages dans des établissements scolaires en Bretagne. Ginette Kolinka vient livrer à des collégiens de troisième sa page d'histoire personnelle : sa déportation, son arrivée à Auschwitz. Elle échappe à la mort, mais pas à l'ignominie. Elle fait partie des derniers survivants de la Shoah, son témoignage en est d'autant plus précieux. "Je prêche contre la haine. Mais pour les nazis, aucun pardon, aucune excuse", assure-t-elle. Ginette Kolinka puise sa force pour continuer à témoigner dans une peur : celle de voir la haine déchirer à nouveau l'humanité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne