Attentats à Bruxelles : une vieille publicité pour Burger King devient le symbole de la solidarité avec la Belgique

Après les attentats de Bruxelles, mardi 22 mars 2016, les internautes partagent des photos de frites sur les réseaux sociaux. 
Après les attentats de Bruxelles, mardi 22 mars 2016, les internautes partagent des photos de frites sur les réseaux sociaux.  (THOMAS MUNCKE / DPA / AFP)

Sur les réseaux sociaux, les internautes ont décidé de jouer avec les clichés sur la Belgique pour mieux exprimer leur soutien au peuple belge.

Pour protester contre le refus de la France d'intervenir en Irak aux côtés des Etats-Unis, en 2003, la droite américaine avait rebaptisé les frites – appelées "french fries" en anglais –  "freedom fries". Traduisez : les frites de la liberté. Mardi 22 mars, le plat, qui fait partie du patrimoine belge, est à nouveau érigé en symbole après les attentats meurtriers qui ont frappé Bruxelles.

Il s'agit cette fois de véhiculer un message de solidarité avec la Belgique. Une photo en particulier a été largement partagée sur les réseaux sociaux : celle d'une frite sortie d'un cornet, à la manière d'un majeur tendu. Bref, un doigt d'honneur adressé aux terroristes. Or, selon Mashable, cette image n'a pas été créée en réaction aux attentats.

#Brussels #Belgium #Unforgettable

Une photo publiée par Sarah It Girl (@saragram_1) le


Ce visuel au message particulièrement efficace est en fait tiré d'une campagne de publicité lancée par Burger King en 2008, en Nouvelle-Zélande, explique le site internet, publiant une version non recadrée de la photo. 

(BURGER KING)

Après les terrasses parisiennes, les "mitraillettes" belges 

Jouant sur les mots (et les clichés), d'autres internautes ont décidé de "sortir les mitraillettes" en soutien avec la Belgique endeuillée. Sur Twitter et Instagram, le hashtag #sortirlesmitraillettes fait ainsi référence au sandwich garni de frites, que les Français appellent "un américain".