Une "troisième bombe" a été introduite à l'aéroport de Bruxelles, mais n'a pas explosé

Les véhicules de secours stationnent devant le hall de l\'aéroport de Bruxelles-Zaventem où deux bombes ont explosé dans la matinée, le 22 mars 2016, en Belgique. 
Les véhicules de secours stationnent devant le hall de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem où deux bombes ont explosé dans la matinée, le 22 mars 2016, en Belgique.  (FRANCOIS LENOIR / REUTERS)

C'est ce qu'affirme le gouverneur de la province du Brabant flamand. 

L'attaque aurait pu être encore plus dévastatrice. "Trois bombes avaient été introduites" dans l'aéroport de Bruxelles-Zaventam mais l'une d'elles "n'a pas explosé", a indiqué le gouverneur de la province du Brabant flamand, Lodewijk De Witte, mardi 22 mars, lors d'un point de presse retransmis à la télévision.

>> Attentats en Belgique : les dernières infos dans notre direct

En début d'après-midi, une équipe de déminage a procédé à l'explosion d'un objet suspect dans le hall de départs, où au moins 14 personnes sont mortes dans les deux explosions survenues dans la matinée. Selon l'agence Belga, les opérations de recherche d'armes et de suspects se sont terminées vers 15h30. La police scientifique est à présent sur place.

Des clous dans les bombes utilisées ? 

Selon le site de La Libre, les bombes utilisées pour commettre l'attaque contenaient des clous, indique l'administrateur délégué de l'hôpital universitaire Gasthuisberg de Louvain. D'après ce dernier, cité par le quotidien belge, la plupart des victimes qui ont été accueillies dans son établissement "présentaient des fractures, brûlures et d'importantes coupures causées par des objets métalliques".