DIRECT. Attentats de Bruxelles : la Belgique baisse son niveau d'alerte au niveau 3

Le ministre de la Justice Koen Geens, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, le procureur fédéral Frederic Van Leeuw, le Premier ministre Charles Michel et le ministre de l\'Intérieur Jan Jambon, le 22 mars 2016.
Le ministre de la Justice Koen Geens, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, le procureur fédéral Frederic Van Leeuw, le Premier ministre Charles Michel et le ministre de l'Intérieur Jan Jambon, le 22 mars 2016. (NICOLAS MAETERLINCK / BELGA MAG / AFPcureur)

Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, l'a annoncé jeudi soir sur RTL.

La tension retombe d'un cran après les attentats de Bruxelles. La Belgique a abaissé son niveau d'alerte au niveau 3 sur une échelle de 4, a annoncé jeudi 24 mars le ministre de l'Intérieur Jan Jambon sur RTL. L'organisme qui s'occupe de l'évaluation de la menace et définit le niveau d'alerte antiterroriste en Belgique, l'Ocam, "a proposé et décidé de baisser le niveau à trois", a-t-il affirmé.

Deux ministres ont présenté leur démission. Sous pression après avoir admis des "erreurs" dans la lutte antiterroriste, les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Jan Jambon et Koen Geens ont voulu démissionner. Le Premier ministre, Charles Michel, a refusé.

Un deuxième suspect recherché. Il s'agit d'un complice avec le kamikaze du métro. Il a été filmé, portant un gros sac, par les caméras de vidéosurveillance du métro bruxellois en compagnie de Khalid El Bakraoui, peu avant que ce dernier ne se fasse exploser dans la station de Maelbeek. 

Appel à témoins pour retrouver l'homme au chapeau. Sur les images de vidéosurveillance à l'aéroport de Bruxelles, il porte un chapeau et des lunettes et pousse un chariot de bagage aux côtés d'Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui, deux des trois kamikazes identifiés. Il a laissé son sac, rempli de la plus grosse charge explosive, avant de quitte les lieux. Un appel à témoins a été lancé pour le retrouver. 

Salah Abdeslam veut "partir en France". Selon son avocat Sven Mary, Salah Abdeslam a fait part de son souhait de "partir en France le plus vite possible", trois jours après les attentats de Bruxelles. Le jihadiste avait dans un premier temps refusé son extradition. 

Vous êtes à nouveau en ligne