Attentats de Bruxelles : "Daech voulait redorer son image", affirme Gilles Kepel

France 3

Gilles Kepel, spécialiste de l'islam, et Régis Le Sommier, directeur adjoint de la rédaction de Paris Match, sont les invités du Grand Soir 3 pour débattre de la menace jihadiste après les attentats de Bruxelles.

"On a peut-être cru un peu trop vite que les choses étaient terminées avec l'arrestation d'Abdeslam. Mais, pour Gilles Kepel, spécialiste de l'islam, son arrestation ne ressemble pas du tout à une histoire de Daech. Daech héroïse ses agents, en fait des martyrs alors qu'Abdeslam a jeté sa veste explosive, a fui puis s'est rendu. Tout à fait l'inverse de Merah par exemple".

L'auteur du livre Terreur dans l'Hexagone estime que "Daech n'a pas vraiment bénéficié du 13-Novembre parce que l'organisation a tué bon nombre de jeunes musulmans". Ainsi, selon lui, les attentats de Bruxelles avaient pour but de redorer l'image de Daech, de montrer sa puissance".

"On peut se protéger"

Régis Le Sommier, directeur adjoint de la rédaction de Paris Match, n'a pas le même point de vue que Gilles Kepel à propos de Salah Abdeslam. Pour lui, il était un personnage important de la nébuleuse Daech car "on a déployé des moyens énormes pour le protéger pendant quatre mois. Un homme s'est sacrifié pour qu'il puisse fuir lors de l'opération qui a permis son arrestation".

Le journaliste, qui a écrit le livre Daech l'histoire, assure que si les services de renseignement font "le travail de renseignement et d'infiltration correctement, on peut arriver à se protéger".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne