Attentats à l'aéroport : des employés témoignent

FRANCE 3

Deux frères qui travaillent à l'aéroport auraient pu perdre la vie lors des attentats. Une situation difficile à vivre pour leur famille.

Lors de la minute de silence organisé place de la Bourse à Bruxelles, ce 23 mars, certains ont été submergés par l'émotion. C'est le cas de Valon qui travaille à l'aéroport qui a été frappé par les attentats. "C'est de l'émotion, car j'ai des centaines et des centaines de collègues. C'est comme mes frères. On est comme une famille là-bas à l'aéroport", assure-t-il. Il est venu avec Liridon, son frère qui se trouvait lui aussi tout près du lieu de l'explosion. Il travaille dans une boulangerie de l'aéroport. "J'avais presque fini le boulot. Si j'étais parti cinq minutes plus tôt, j'y serais resté", ajoute Liridon.

Une interminable attente

Une situation inquiétante pour leurs parents d'origine albanaise. Pendant plus d'une heure, les réseaux téléphoniques sont restés saturés. Une interminable attente pour la famille. "J'aurais pu perdre mes deux fils", témoigne le père de Liridon, visiblement gagné par l'émotion. Cette famille musulmane d'origine albanaise se sent ce 23 mars plus belge que jamais.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne