Fusillade d'Utrecht : le suspect va comparaître pour homicides "terroristes"

Photo non datée de Gokmen Tanis diffusée le 18 mars 2019 par la police d\'Utrecht (Pays-Bas).
Photo non datée de Gokmen Tanis diffusée le 18 mars 2019 par la police d'Utrecht (Pays-Bas). (UTRECHT POLICE / AFP)

L'enquête doit encore déterminer si "l'accusé a agi uniquement pour un motif terroriste ou si ses actes étaient fondés sur des problèmes personnels associés à des idées radicalisées".

Le suspect arrêté après la fusillade dans un tramway à Utrecht (Pays-Bas) va comparaître, vendredi 22 mars, pour homicides à des fins "terroristes", a annoncé, jeudi 21 mars, le ministère public. L'homme de 37 ans sera présenté à un juge d'instruction pour "meurtre multiple ou homicide à des fins terroristes, tentative d'assassinat et menaces à des fins terroristes".

L'enquête doit déterminer si "l'accusé a agi uniquement pour un motif terroriste ou si ses actes étaient fondés sur des problèmes personnels associés à des idées radicalisées", a précisé le parquet. Des témoins de la tuerie dans le tramway ont rapporté que le tireur avait pris pour cible une femme et des personnes tentant de l'aider.

Un bilan de trois morts et sept blessés

Le ministère public et la police locale avaient déjà indiqué, mardi, que le "motif terroriste (était) pris en compte sérieusement" dans l'enquête. Ils ont expliqué se baser notamment sur une lettre retrouvée dans la voiture utilisée pour sa fuite par le suspect, Gokmen Tanis, déjà connu pour des faits de vol et de viol.

La fusillade à Utrecht a fait trois morts et sept blessés dont trois grièvement, selon le dernier bilan. Les personnes décédées sont une femme de 19 ans et deux hommes de 28 et 49 ans, tous originaires de la province d'Utrecht.

Vous êtes à nouveau en ligne