DIRECT. Attentat de Berlin : le danger immédiat est écarté mais la menace demeure, indique Angela Merkel

Contrôlé par une patrouille de police dans une gare de la banlieue de Milan, il a été abattu après avoir sorti une arme et tiré sur un policier. 

Le ministère de l'Intérieur italien, Marco Minniti, a confirmé la mort de l'auteur présumé de l'attentat de Berlin, qui a fait 12 morts et 50 blessés lundi soir. L'homme a été abattu par la police dans le nord de l'Italie, a-t-il indiqué en conférence de presse, vendredi 23 décembre. "Cette personne est sans l'ombre d'un doute Anis Amri", a-t-il déclaré.

Un billet de train sur lui. Contrôlé par une patrouille de police dans une gare routière de la banlieue de Milan, le suspect a été abattu après avoir sorti une arme et tiré sur un policier, assurent plusieurs médias italiens. Ils précisent qu'Anis Amri était en possession d'un billet de train Chambéry-Milan via Turin. Cette information a été confirmée par le ministère de l'Intérieur français à France 2. Cela indiquerait que l'auteur présumé de l'attentat de Berlin serait passé par la France. 

Un suspect qui faisait l'objet d'un signalement. Les autorités allemandes le savaient en contact avec des salafistes connus et il circulait dans le pays en utilisant une demi-douzaine d'identités. Anis Amri faisait même l'objet d'un signalement pour sa dangerosité au centre allemand de lutte antiterroriste. Il avait été placé sous surveillance policière pour un possible projet d'attentat, avant que la justice ne classe l'affaire faute d'éléments probants.

"Soulagement" des autorités allemandes. La mort annoncée en Italie de l'auteur présumé de l'attentat au camion-bélier de Berlin est un soulagement pour l'Allemagne, a déclaré le ministère de l'Intérieur. "Nous sommes reconnaissant aux autorités italiennes pour l'échange d'informations étroit et en toute confiance qui a eu lieu dans la matinée", a indiqué de son côté le porte-parole de la diplomatie allemande, Martin Schäfer. "Nous pouvons être soulagés du fait que le danger immédiat est écarté", a déclaré Angela Merkel à Berlin, mais "le danger terroriste dans son ensemble demeure toutefois présent, comme depuis plusieurs années", a ajouté la chancelière.

Vous êtes à nouveau en ligne