Assassinat de la journaliste maltaise Daphne Caruana : le parquet national financier ouvre une enquête préliminaire en France

Une manifestante éclaire à la bougie une photo de la journaliste Daphne Caruana Galizia lors d\'un rassemblement pour le deuxième anniversaire de l\'assassinat de la journaliste, le 16 octobre 2019 à La Valette (Malte).
Une manifestante éclaire à la bougie une photo de la journaliste Daphne Caruana Galizia lors d'un rassemblement pour le deuxième anniversaire de l'assassinat de la journaliste, le 16 octobre 2019 à La Valette (Malte). (DARRIN ZAMMIT LUPI / REUTERS)

Cette enquête porte sur des "activités économiques localisées en France des personnes soupçonnées par la justice maltaise".

L'affaire Daphne Caruana Galizia s'étendra-t-elle à la France ? Le parquet national financier français (PNF) a annoncé, mercredi 12 février, l'ouverture d'une enquête préliminaire en lien avec l'assassinat de cette journaliste maltaise, à Malte, en octobre 2017.

Selon le communiqué du parquet, cette enquête vise à "rechercher si les activités économiques localisées en France des personnes soupçonnées par la justice maltaise d'avoir joué un rôle dans l'assassinat de Daphne Caruana Galizia ont été le support d'une corruption d'agents publics étrangers".

Une plainte déposée en France en décembre

Cette décision fait suite au dépôt par la famille de la journaliste et l'ONG Reporters sans frontières d'une plainte en France pour "complicité d'assassinat" et "corruption", en décembre 2019.

Celle-ci visait en particulier l'homme d'affaires Yorgen Fenech, qui possède des hôtels et une écurie de chevaux de course en France, l'ex-chef de cabinet du Premier ministre maltais, Keith Schembri, et l'ancien ministre du Tourisme Konrad Mizzi.

Daphne Caruana Galizia, qui enquêtait sur des scandales de corruption et des affaires de blanchiment d'argent ou de trafic d'influence, a été tuée le 16 octobre 2017 dans l'explosion d'une bombe placée sous sa voiture. Le scandale provoqué à Malte avait débouché sur la démission du Premier ministre Joseph Muscat.

Vous êtes à nouveau en ligne