Arrestation d'un chef indépendantiste basque

Arnaldo Otegi, ex-chef indépendantiste de l\'organisation basque, interdite, Batasuna, en 2007
Arnaldo Otegi, ex-chef indépendantiste de l'organisation basque, interdite, Batasuna, en 2007 (© AFP)

Arnaldo Otegi et quatre autre personnes ont été interpellés mardi à Saint-Sébastien, au Pays Basque espagnol

Arnaldo Otegi et quatre autre personnes ont été interpellés mardi à Saint-Sébastien, au Pays Basque espagnolArnaldo Otegi et quatre autre personnes ont été interpellés mardi à Saint-Sébastien, au Pays Basque espagnol

L'interpellation a été menée sur ordre du juge madrilène Balatasar Garzon, a indiqué une source judiciaire.

Ils sont soupçonnés d'avoir tenté de "reconstruire la direction de Batasuna", le bras politique interdit de l'organisation séparatiste basque ETA. Le parti radical Batasuna est interdit en Espagne depuis 2003 à cause de ses liens avec l'ETA.

Parmi les personnes interpellées se trouve le secrétaire général du syndicat indépendantiste LAB, Rafael Diez Usabiaga, une des figures historiques de la mouvance indépendantiste, selon la source judiciaire. Les autres militants arrêtés sont Rufino Etxeberria, Sonia Jacinto, Miren Zabaleta, fille du leader du parti indépendantiste non-violent Aralar, et Patxi Zabaleta.

Les policiers sont intervenus à l'issue d'une réunion secrète de ces cinq personnes au siège du syndicat LAB, selon les médias espagnols, dont certains font état d'une sixième arrestation. Selon des sources de la lutte antiterroriste citées par l'agence Europa Press, ce groupe de militants avait l'habitude de se réunir secrètement depuis le début de l'année au siège du LAB, en prenant d'importantes précautions pour ne pas attirer l'attention.

Arnaldo Otegi aurait parallèlement effectué plusieurs voyages dans le sud de la France, traditionnelle base arrière de l'ETA, changeant à chaque fois de véhicule à plusieurs reprises, selon ces sources qui le soupçonnent d'y avoir rencontré des dirigeants de l'organisation clandestine. Otegi a été l'un des principaux artisans du processus de négociations avorté de 2006-2007 entre le gouvernement espagnol et l'ETA, tenue pour responsable de 828 morts en 41 ans de violences pour l'indépendance du Pays Basque.

Poursuivi dans plusieurs procédures, il avait été incarcéré en juin 2007, juste après la rupture officielle de cette trêve, en vertu d'une condamnation à 15 mois de prison pour apologie du terrorisme, et libéré fin août 2008. En janvier 2009, le porte-parole emblématique de Batasuna est revenu timidement sur le devant de la scène, prônant la création d'un pôle souverainiste regroupant plusieurs formations basques, à l'exception du puissant Parti nationaliste basque (PNV, centre-droit). En août, la justice a interdit à Otegi de se rendre en France, où il avait demandé à aller en "vacances", le soupçonnant de vouloir y oeuvrer à la création d'un nouveau bras politique de l'ETA.

Vous êtes à nouveau en ligne