VIDEO. Huawei, le géant chinois soupçonné d'espionnage aux Etats-Unis, installe une "smart city" en Allemagne

AVENUE DE L'EUROPE / FRANCE 3

De tous les Etats membres de l’Union européenne, l’Allemagne est son terrain de prédilection : la Chine y investit massivement, en particulier dans la très stratégique cité de Duisbourg. Le géant des télécoms Huawei lui a vendu un projet de ville intelligente... qui la place sous sa surveillance potentielle. Extrait du magazine "Avenue de l'Europe".

Duisbourg, centre névralgique d'Allemagne pour le transport multimodal (par fleuve, mer, rail, route…), représente une cible de choix pour les investisseurs chinois. Huawei, le géant des télécoms, lui a vendu clés en main un projet futuriste. Celui d'une "smart city", une ville ultraconnectée. Des capteurs permettent par exemple "de suivre la circulation en temps réel", dans le but de rendre "les transports plus efficaces", explique Tu Qiang, le responsable Huawei en Allemagne.

C'est dans la zone stratégique du port que le géant chinois des télécoms a installé le serveur de la ville. Le lieu est sous haute surveillance. Les journalistes d'"Avenue de l'Europe" ont pu y pénétrer à la suite de Stefan Soldat, responsable de la gestion administrative pour la ville.

Toute une ville potentiellement sous surveillance de Huawei

Caméras, badges électroniques, codes d'accès… tout y est extrêmement sécurisé. La sécurité est "très élaborée, confirme Stefan Soldat. En cas de catastrophe sur ce site, le fonctionnement du serveur serait tout de même assuré : les données seraient transférées vers d'autres sites protégés" grâce à un "système performant".

Si le site est sensible, c'est que le serveur ne gère pas seulement le transport de la "smart city" : il stocke toutes les données des chercheurs de l'université, des administrations de Duisbourg, mais aussi des entreprises privées. Potentiellement, toute la ville se trouve donc sous surveillance de Huawei, une entreprise accusée d'espionnage aux Etats-Unis. Une intention que dément Tu Qiang : "Evidemment, Huawei n'espionnera pas pour le gouvernement chinois... même s'il nous le demandait. Non seulement les données ne vont pas sortir d'Allemagne, mais elles vont rester à Duisbourg."

Extrait de "Allemagne : l'entrisme chinois", un reportage de Frédérique Maillard-Laudisa et Denis Bassompierre, à voir dans "Avenue de l'Europe" le 27 février 2019.  

Vous êtes à nouveau en ligne