Résultats européennes 2019 : poussée des Verts en Allemagne, coup de force de Matteo Salvini en Italie... Découvrez comment ont voté nos voisins

Un bureau de vote pour les élections européennes à Madrid, le 26 mai 2019.
Un bureau de vote pour les élections européennes à Madrid, le 26 mai 2019. (OSCAR GONZALEZ / NURPHOTO)

Le scrutin de dimanche a livré son lot de surprises dans les principaux pays de l'Union européenne.

Une participation en hausse et des surprises. Les premières estimations réalisées par le Parlement européen et Kantar pour les élections européennes ont été dévoilées depuis 19 heures pour plusieurs pays, dimanche 26 mai.

>> Suivez en direct les dernières informations au lendemain des élections européennes

Allemagne, Autriche, Grèce, Pologne... Découvrez comment ont voté nos voisins. 

En Allemagne

Ce scrutin était crucial pour la première puissance économique de l'UE alors que la politique de la chancelière allemande, Angela Merkel, est contestée depuis plusieurs mois. Avec 28,70% des voix et 29 sièges, c'est la coalition CDU-CSU – le camp de la chancelière – qui est la première force politique à l'issue du scrutin. Elle est suivie par les Verts, qui comptabilisent 20,70% des voix et 21 sièges. Le Parti écologiste continue ainsi sa percée, suivi par le SPD (15,60% des voix et 16 sièges) et l'AfD (extrême droite) qui obtient 10,80% des voix et 11 sièges, selon les dernières estimations du Parlement européen réalisées avec Kantar Public.

En Autriche

Le scrutin était particulièrement observé en Autriche, où la coalition entre la droite conservatrice du chancelier Sebastian Kurz (ÖVP) et l'extrême droite (FPÖ) a récemment été fragilisée par "l'affaire d'Ibiza". Le vice-chancelier et leader du FPÖ Heinz-Christian Strache, accusé d'avoir proposé des contrats publics à la fausse nièce d'un oligarche russe en échange de financements cachés de son parti, a quitté l'ensemble de ses fonctions dans la lignée de ce scandale, tout comme quatre autres ministres d'extrême droite. 

 Avec 34,90% des voix, les conservateurs de l'ÖVP arrivent en tête et obtiennent 7 sièges au Parlement européen, selon les dernières estimations du Parlement menées avec l'institut Kantar Public. L'ÖVP est suivi du Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ), qui recueille 23,40% des suffrages et envoie 5 eurodéputés à Strasbourg et Bruxelles. Le FPÖ, largement mis à mal par "l'affaire d'Ibiza", arrive troisième avec 17,20% des voix et 3 élus, contre 4 il y a cinq ans. Les Verts (Grüne), avec 14% des votes, obtiennent 2 sièges au Parlement européen, contre 3 en 2014. Le parti libéral Neos recueille, de son côté, 8,7% des voix, et un seul siège, comme en 2014.

En Grèce

Les conservateurs du parti Nouvelle démocratie ont remporté, dimanche, les élections européennes en Grèce, avec 33,27% des voix et 9 sièges. Une victoire obtenue aux dépens du parti de gauche Syriza du Premier ministre, Alexis Tsipras, qui a récolté 23,85% des suffrages et 6 sièges, selon les dernières estimations Kantar pour le Parlement européen. C'est une sévère déconvenue pour le parti du Premier ministre grec, d'autant plus que des élections législatives doivent avoir lieu en octobre.

En Pologne

La victoire est sans appel pour le parti conservateur Droit et Justice (PiS), déjà au pouvoir en Pologne. La formation eurosceptique récolte 43,10% des voix, ce qui lui permet d'envoyer 24 eurodéputés à Strasbourg et à Bruxelles. La Coalition européenne, qui réunit six partis écologistes, sociaux-démocrates ou centristes, est arrivée en deuxième place avec 38,4% des voix. Elle obtient ainsi 21 sièges au Parlement européen. 

En Italie 

Matteo Salvini s'impose plus que jamais comme l'homme fort de la scène politique italienne. Son parti d'extrême droite, La Ligue, remporte la première place de l'élection européenne avec 33,64% des voix, ce qui lui permet de remporter 28 sièges, selon les résultats communiqués par le Parlement européen. "Merci", a réagi le vice-Premier ministre italien et ministre de l'Intérieur, en affichant dimanche soir sur son compte Twitter une photo le montrant tout sourire brandissant une affiche avec les mots : "Premier parti d'Italie". 

Il dépasse largement son allié au gouvernement, le Mouvement Cinq Etoiles, grand perdant du scrutin de dimanche avec 16,65% des voix et 14 sièges en conséquence. Le parti populiste prend la troisième place, derrière le Parti démocrate (centre-gauche). Ce dernier obtient 23,52% des voix, ce qui lui permet d'envoyer 19 eurodéputés à Bruxelles et Strasbourg. 

En Espagne

Le chef du gouvernement socialiste espagnol Pedro Sanchez est sorti grand vainqueur des élections européennes en Espagne. Avec 32,84% des voix, le PSOE remporte 20 sièges au Parlement européen, loin devant son adversaire conservateur, le Parti populaire, qui a obtenu 20,13% des suffrages et 12 sièges. 

Arrive ensuite le parti Ciudadanos avec 12,10% des voix et 7 sièges, puis la coalition menée par Podemos, avec 10,06% des suffrages et 6 sièges. Le parti de gauche radical sort de ce scrutin affaibli, miné par les divisions et les conflits internes. Il faut aussi noter l'entrée au Parlement européen de la formation d'extrême droite Vox, qui gagne trois sièges d'eurodéputés grâce à son score de 6,20%, selon les dernières estimations de Kantar pour le parlement européen. 

En Hongrie

Le parti souverainiste du Premier ministre hongrois Viktor Orban, Fidesz, est crédité d'une écrasante victoire au scrutin européen, avec 52,33% des suffrages, selon les dernières estimations de Kantar pour le Parlement européen. Il devance de plus de 35 points l'opposition de centre-gauche, qui plafonne à 16,19%. 

La parti néo-conservateur Fidesz envoie donc 13 eurodéputés à Bruxelles et Strasbourg, contre seulement quatre pour l'opposition de centre-gauche DK. 

Vous êtes à nouveau en ligne