Meng Meng et Jiao Qing, deux pandas géants de Chine, arrivent au zoo de Berlin

Prêtée par la Chine, Meng Meng, femelle panda âgée de 4 ans, va rejoindre le zoo de Berlin samedi 24 juin.
Prêtée par la Chine, Meng Meng, femelle panda âgée de 4 ans, va rejoindre le zoo de Berlin samedi 24 juin. (DPA)

Prêté à l'Allemagne par la Chine, un couple de pandas rejoint samedi sa nouvelle demeure dans la capitale allemande pour 15 ans. Un geste diplomatique fort de la Chine, à la mesure de la rareté de l’espèce. 

Le zoo de Berlin, en Allemagne, s’apprête à accueillir samedi 24 juin Meng Meng, femelle de 4 ans, et Jiao Qing, mâle de 7 ans, deux pandas géants venus de Chine. Outils de la "softpower" du régime chinois, les xiong mao, littéralement "ours-chat" en chinois, devraient recevoir la visite d’Angela Merkel et du président chinois Xi Jinping à l’occasion du prochain sommet du G20. 

Un geste diplomatique fort

Le prêt de pandas est un geste diplomatique à la mesure de la rareté de l’espèce. Seuls 2 000 spécimens subsistent en effet aujourd'hui à l’état sauvage dans les montagnes du Sichuan. Lancée au VIIe siècle par l’impératrice Wu Zetian, qui offrit un couple d'adorables ursidés a la cour du Japon, la diplomatie du panda a été relancée par Mao Tse-toung pour marquer la normalisation ou l’approfondissement des relations entre la Chine et un pays tiers.

Jiao Qing, panda mâle de 7 ans, séjournera avec sa congénère Meng Meng dans la capitale allemande pendant quinze ans, avant de regagner sa Chine natale.
Jiao Qing, panda mâle de 7 ans, séjournera avec sa congénère Meng Meng dans la capitale allemande pendant quinze ans, avant de regagner sa Chine natale. (DPA)

La France, premier État occidental à avoir reconnu la République populaire de Chine, a reçu ses premiers pandas en 1972, comme les États-Unis après la visite historique de Richard Nixon. A contrario, l’îe de Taiwan a refusé en 2006 le cadeau de la Chine. Deux ans plus tard, le Kuomintang arrivé au pouvoir, favorable à un rapprochement avec son voisin chinois, accueille les deux ursidés. Depuis, la nouvelle présidente Tsai Ing-wen, autonomiste, veille sur la santé des deux pandas. Quant à Meng Meng et Jiao Qing, ils regagneront leur Chine natale d'ici quinze ans.