Le directeur du musée juif de Berlin démissionne après une polémique sur l'antisémitisme

Devant le musée juif de Berlin (Allemagne), le 13 février 2017.
Devant le musée juif de Berlin (Allemagne), le 13 février 2017. (JAAP ARRIENS / NURPHOTO / AFP)

Dans un tweet, l'établisssement a recommandé la lecture d'un article critiquant la décision de considérer comme "antisémites" les méthodes du mouvement BDS.

Le directeur du musée juif de Berlin, Peter Schäfer, a démissionné, vendredi 14 juin, sur fond de polémique. En cause : un tweet controversé de son établissement recommandant la lecture d'un article critique de la décision, en mai, du Parlement allemand de considérer comme "antisémites" les méthodes du mouvement BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions). Peter Schäfer a remis sa démission à la ministre de la Culture allemande, Monika Grütters, "pour éviter de nouveaux préjudices au musée juif de Berlin", a indiqué ce dernier.

Le mouvement BDS, fondé en 2005, est une campagne mondiale de boycott économique, culturel ou scientifique d'Israël destinée à obtenir la fin de l'occupation et de la colonisation des Territoires palestiniens. Nombre de responsables israéliens, mais aussi allemands, la jugent antisémite, ce dont cette campagne se défend avec véhémence.

En mars 2017, le Parlement israélien a voté une loi interdisant l'entrée en Israël des partisans du mouvement BDS. "Nous ne permettons pas à ceux qui agissent contre Israël d'entrer dans le pays pour s'y livrer à des provocations", avait expliqué le ministre de l'Intérieur israélien.

Positionnement jugé anti-israélien

Après le tweet, le Conseil central des juifs d'Allemagne a tiré, mardi, à boulets rouges sur le chef du musée juif, une institution très populaire auprès des touristes. "La coupe est pleine. Le musée juif de Berlin a semble-t-il perdu tout contrôle. Dans ces circonstances, il faut se demander si le qualificatif de 'juif' est encore approprié", avait écrit sur Twitter le Conseil. La presse allemande relève aussi que le musée a essuyé des critiques répétées d'Israël en raison son positionnement jugé anti-israélien.

Les questions liées à l'antisémitisme et à Israël restent extrêmement sensibles en Allemagne, dont l'identité est fondée notamment sur la repentance pour l'Holocauste et le nazisme.

Vous êtes à nouveau en ligne