L'ex-cycliste Jan Ullrich admis en hôpital psychiatrique après avoir été arrêté pour des coups sur une prostituée

L\'ancien cycliste Jan Ullrich arrive au tribunal suisse de Weinfelden, le 21 juillet 2015, lors de son procès pour conduite en état d\'ivresse.
L'ancien cycliste Jan Ullrich arrive au tribunal suisse de Weinfelden, le 21 juillet 2015, lors de son procès pour conduite en état d'ivresse. (ARND WIEGMANN / REUTERS)

L'état de santé de l'ancien sportif allemand doit être "maintenant évalué par des spécialistes", a expliqué la police de Francfort.

L'Allemand Jan Ullrich a été admis dans un hôpital psychiatrique, vendredi 10 août, après avoir été interpellé à Francfort à la suite d'une agression sur une escort-girl. L'état de santé de l'ancien vainqueur du Tour de France 1997 "est maintenant évalué par des spécialistes", a déclaré samedi une porte-parole de la police de Francfort.

La police n'a pas précisé pour quelle durée l'ancien sportif allait rester en soins. Après avoir passé la nuit de jeudi à vendredi avec une escort de 31 ans, il l'avait frappée et étranglée. La police avait ensuite arrêté l'ex-champion au petit matin dans un hôtel de luxe de Francfort. Le cycliste retraité de 44 ans était "sous l'influence de l'alcool et de drogues" lors de son arrestation, avait précisé la procureure Nadja Niesen, ajoutant qu'une enquête avait été ouverte.

Crise de panique

En fin d'après-midi vendredi, les autorités avaient décidé de le remettre en liberté, "les conditions pour une incarcération n'étant pas réunies". Sauf qu'une fois sorti dans la cour intérieure du commissariat, Ullrich aurait été pris de panique. "En raison de son état mental et physique, il n'y avait pas d'autre choix" que de le transporter dans un hôpital psychiatrique, a précisé une porte-parole de la police. L'unique vainqueur allemand de la Grande Boucle était arrivé à Francfort pour débuter une thérapie et tenter de soigner ses problèmes d'alcool et de drogues.

Une semaine auparavant, il avait été arrêté à Majorque, où il vit, pour s'être introduit de force chez son voisin, l'acteur et réalisateur allemand Til Schweiger, et avoir provoqué une bagarre. Après sa garde à vue, il avait déclaré dans les médias que cet épisode avait été le déclencheur pour le conduire en cure.

Vous êtes à nouveau en ligne