Exportations : la réussite des PME allemandes

Les PME allemandes, qui investissent beaucoup, sont très compétitives et réalisent 90% de leur chiffre d'affaires à l'international. C'est le cas de Stihl, une entreprise d'outils de jardinage.

De jour comme de nuit, la production ne s'arrête jamais. Des chaînes sortent quotidiennement des milliers de tronçonneuses et autres outils de découpe. Nous sommes près de Stuttgart, chez le leader du secteur, une entreprise allemande qui exporte aux quatre coins du monde. Tout va très bien et les employés en profitent, via un programme d'actionnariat qui leur permet de toucher 30% d'intérêts par an. Pas étonnant qu'ils soient fidèles à leur entreprise - ils y restent en moyenne dix-sept ans - avec ce sentiment de faire partie d'une famille, la famille Stihl, qui est toujours aux commandes.

Une stratégie de développement qui porte ses fruits

Ce jour-là, au-dessus de l'usine, nous avons pu assister à une scène que l'on voit rarement : la réunion du conseil de surveillance, en présence des héritiers du fondateur de l'entreprise. D'un côté, les principaux directeurs de la société ; de l'autre, la famille Stihl, actionnaire à 100%. Trois générations sont représentées ; ils ne sont pas là pour faire de la figuration. Nikolas Stihl est le petit-fils du fondateur. Enfant, il jouait dans l'usine ; il est désormais le PDG d'un groupe qui pèse 3,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires.


Il y a plus de dix ans, les héritiers ont pris une décision capitale : se lancer dans les modèles à bas prix. Il a fallu des années de développement, et cela paie aujourd'hui : les ventes de cette gamme ont été multipliées par trois l'année dernière. Sans état d'âme, l'entreprise a rationalisé sa production et misé sur l'automatisation, comme des milliers d'autres sociétés en Allemagne, qui sont aujourd'hui en position de force à l'exportation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne