En Allemagne, une rencontre inédite entre Emmanuel Macron et les dirigeants des Verts allemands

Les deux dirigeants des Verts allemands, Annalena Baerbock et Robert Habeck, lors d\'un point presse le 20 janvier 2020 à Berlin (Allemagne). 
Les deux dirigeants des Verts allemands, Annalena Baerbock et Robert Habeck, lors d'un point presse le 20 janvier 2020 à Berlin (Allemagne).  (KAY NIETFELD / DPA / AFP)

Le président français a dîné vendredi soir avec Robert Habeck et Annalena Baerbock, les deux dirigeants des Verts allemands, à Munich (Allemagne). 

Une première pour la présidence française et les Verts allemands. Emmanuel Macron a rencontré, vendredi 14 février à Munich (Allemagne), les deux dirigeants de la formation écologiste allemande, qui a le vent en poupe. Le chef de l'Etat a dîné avec Robert Habeck, très populaire en Allemagne, et Annalena Baerbock, peu après son arrivée à la conférence sur la sécurité de Munich.

Le lieu de la rencontre n'a pas été rendu public, l'Elysée comme les Verts ayant choisi la discrétion dans un contexte politique délicat en Allemagne. La chancelière allemande Angela Merkel et sa CDU font face à une tempête politique, depuis l'alliance d'élus locaux de cette formation avec l'extrême droite (AfD). Un tabou brisé pour la première fois depuis la fin du nazisme. Le parti écologiste est aussi un adversaire direct de la chancelière, même s'il est susceptible de s'allier l'an prochain aux conservateurs de la CDU, à la faveur d'un changement de majorité.

"Nous attendons plus d'actes"

"Il ne faut pas y voir une quelconque ingérence dans la situation politique de notre premier partenaire", assure l'Elysée, rappelant que le rendez-vous avait été pris avant les soubresauts actuels, et même déjà programmé une première fois à Paris, puis décommandé pour des raisons d'agenda. "Le président s'est toujours attaché à avoir avec l'Allemagne une relation de décryptage, de compréhension qui dépasse les canaux directs et uniques" qu'il peut avoir avec la chancelière, pointe la présidence. Les trois responsables politiques devaient s'entretenir des grands enjeux européens, des questions de sécurité et de la coopération franco-allemande, ont précisé leurs entourages.

Emmanuel Macron, qui soigne son virage "écolo" depuis les européennes, partage avec les Verts allemands son ambition d'une Europe plus puissante. Les échanges risquaient cependant d'être plus tendus sur le programme du président en matière de lutte contre le changement climatique. "Dans ce domaine, nous attentons plus d'actes et surtout pas d'énergie nucléaire", a souligné Franziska Brantner, députée chargée des questions européennes chez les Verts allemands.

Vous êtes à nouveau en ligne