D’Oradour-sur-Glane à la banlieue de Damas

Oradour sur Glane en août 2013. Ici furent massacrés 642 personnes par les nazis, le 10 juin 1944.
Oradour sur Glane en août 2013. Ici furent massacrés 642 personnes par les nazis, le 10 juin 1944. (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)

Près de soixante-dix ans après le massacre d'Oradour-sur-Glane, le président Hollande rendra hommage aux victimes ce mercredi 4 septembre en présence de son homologue allemand, Joachim Gauk. Une première qui témoigne de la capacité de réconciliation qui existe entre les deux pays.

Alors que l’horreur est permanente en Syrie… et si, juste cinquante ans après le célèbre discours de Martin Luther King et la signature du traité de l’Elysée scellant l’amitié franco-allemande,  la raison l’emportait sur l’inacceptable… Et si à l'avenir, il était possible en Syrie comme dans toute la région  de coexister en harmonie. Si on laissait une chance à l’espoir en cherchant le chemin de la réconciliation… Let’s have a dream.

10 juin 1944, des hommes appartenant à la Panzerdivision das Reich de la Waffen SS pénètre dans Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), le village est  détruit. Et 642 personnes, hommes, femmes, enfants ou vieillards sont massacrés.

Il s'agit du plus grand massacre de civils commis en France par les armées allemandes durant la seconde guerre mondiale.
 
La veille, à un peu plus de 100 km au sud,  à Tulle (la ville dont François Hollande a été le maire), les SS pendaient 99 hommes et adolescents aux balcons, aux arbres et aux réverbères. 149 hommes étaient par ailleurs déportés, 101 ne devaient jamais revenir.
 
21 août 2013,  dans la Ghouta orientale et à Mouadamiyat al-Cham, banlieue sud-ouest de Damas aux mains des rebelles, les armes chimiques tuent de manière aveugle : 170 à 1300 victimes… la barbarie…encore.
Le comité local d\'Arbeen montre des corps qui selon les rebelles syriens ont été tués par des gaz toxiques utilisés par l\'armée.  (banlieue de Damas, 21 août 2013)
Le comité local d'Arbeen montre des corps qui selon les rebelles syriens ont été tués par des gaz toxiques utilisés par l'armée.  (banlieue de Damas, 21 août 2013) (LOCAL COMMITTEE OF ARBEEN/AFP)

 

27 août 2013, devant les ambassadeurs français à Paris, François Hollande déclare « qu'une décision sur une action militaire en Syrie sera prise dans les prochains jours »

Et puis lors  de cette intervention sur la Syrie, le président, fait référence à Oradour-sur-Glane. Il déclare vouloir agir en harmonie avec l'Allemagne, et évoque  la visite prochaine du Président allemand dans le village martyr.  «La France entend agir en harmonie avec l’Allemagne parce que nos deux pays sont indissociables, quels que soient les gouvernements… Nous avons l’obligation de porter le futur de l'Europe. La semaine prochaine, j’accueillerai le président allemand M. Gauck, en visite d'Etat en France. Il a voulu aller dans plusieurs lieux symboliques, Paris (…), à Marseille (…), et aller enfin à Oradour-sur-Glane, pour aller porter un message, le seul qui vaille : ne rien oublier, et en même temps être capable de construire l’avenir ensemble. Ce sera une nouvelle démonstration de ce qui est la force de cette amitié, et cette amitié a cette caractéristique de ne pas être repliée sur les deux pays qui en ont décidé ainsi, mais d’être au service exclusif de l’idée européenne. »

Le geste est fort, historique, puisque ce sera la première fois qu'un Président allemand se rendra sur les lieux du  massacre du 10 juin1944.

Joachim Gauck  et François Hollande s'étaient déjà retrouvés à Leipzig, en Allemagne de l'Est, le 23 mai 2013 pour le 150e anniversaire du parti social-démocrate, le  SPD, le plus ancien parti politique d’Europe dont nombre de militants furent aussi victimes des nazis.

Le président Allemand Joachim Gauck avec François Hollande, 150° anniversaire du SPD, 23 mai 2013
Le président Allemand Joachim Gauck avec François Hollande, 150° anniversaire du SPD, 23 mai 2013 (ROBERT MICHAEL / AFP)

Cette visite, prévue dès  le 15 juin dans le cadre de la célébration du cinquantième anniversaire du traité de l'Elysée et de l'amitié Franco-allemande (initiée par Charles De Gaulle et Konrad Adenauer), prend aujourd’hui un relief particulier.

En effet, le traité de l'Élysée fixe les objectifs d'une coopération accrue entre l'Allemagne et la France dans les domaines de l’éducation mais aussi des relations internationales et de la défense.Mais bien au-delà, cette visite à Oradour doit symboliser en Syrie, pour tout un peuple, toute une région, l’espoir du triomphe de la raison sur la barbarie… Let’s have a dream.

Le 4 septembre de 14h55 à 21h05, France 3 Limousin proposera une prise d’antenne exceptionnelle à l’occasion de la rencontre à Oradour-sur-Glane des présidents allemand et  français. A suivre également sur le site internet et en direct sur France 2.
Vous êtes à nouveau en ligne