"Un moment-clé, pour le monde et pour moi-même" : pour Eric, la chute du mur de Berlin a été l'occasion d'une rencontre déterminante

Éric Giriat et Andrico, le policier est-allemand, le 11 novembre 1989 à Berlin.   
Éric Giriat et Andrico, le policier est-allemand, le 11 novembre 1989 à Berlin.    (DANIEL MANOURY)

Un Français a fait une rencontre inoubliable le 11 novembre 1989 à Berlin. À l'occasion des commémorations de la chute du mur, il a accepté de remonter le temps avec notre reporter.

À l’occasion des 30 ans de la chute du mur de Berlin célébrés dans la capitale allemande toute la semaine avec, en point d'orgue, un grand concert porte de Brandebourg samedi 9 novembre, beaucoup de touristes reviennent à Berlin comme en pèlerinage. Il y a 30 ans, ils y étaient, comme Éric Giriat.

Éric Giriat,  à l’endroit où il a rencontré le policier est-allemand avec, dans ses mains, la photo souvenir du 11 novembre 1989.   
Éric Giriat,  à l’endroit où il a rencontré le policier est-allemand avec, dans ses mains, la photo souvenir du 11 novembre 1989.    (LUDOVIC PIEDTENU / RADIO FRANCE)

Ce Français né d’une mère allemande berlinoise, a quitté Paris dès le lendemain de la chute du mur pour lui aussi, participer à sa démolition avec un marteau. Il y a vécu une rencontre marquante. Ce 8 novembre 2019, il tente de retrouver l'endroit précis mais Berlin a beaucoup changé en 30 ans. "Plus à droite, je pense…" Ça y est. Son bout de mur est bien là, tout comme l'émotion et le souvenir, intact. "J'ai pris les photos de l'époque. Ma photo historique devant un trou, une brèche dans le mur. Arrive ce 'Vopo' qui veut dire 'volkspolizist', policier du peuple, avec du ciment et qui commence à reboucher. Et là, il se fait siffler copieusement."  

Je le prends en pitié parce que je vois qu'il n'a pas du tout d'entrain à faire son devoir.Éric Giriat, un Français qui a vécu la chute du mur de Berlinà franceinfo

"Il est tout rouge, pas du tout à l'aise, poursuit Éric Giriat. Alors je lui dis : 'Mon pauvre, on sent que vous avez envie d'ouvrir cette brèche avec nous plutôt que de la refermer'."  Éric Giriat se souvient qu'à ce moment le "Vopo" laisse tomber ses outils, arrête de cimenter la brèche.

"Tout le monde l'a applaudi, raconte-il. Et c'est là qu'il s'est mis à pleurer à chaudes larmes. J'étais ému. Il y avait un truc qui se passait qui était énorme. J'ai appris qu'il s'appelait Andrico."

Je me souviens aussi de la foule derrière qui nous accompagnait, qui l'avait hué au début et qui applaudissait notre rencontre, notre 'east side story'.Éric Giriat

Éric Giriat a bien cherché à retrouver son policier est-allemand, Andrico, mais sans succès. Il partage aujourd’hui sa vie entre Paris et Berlin : "C'était un moment-clé, pour le monde et pour moi-même".

Un Français à la recherche de son passé à Berlin - Reportage de Ludovic Piedtenu
--'--
--'--

Berlin : franceinfo fait le mur

À l'occasion des 30 ans de la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, franceinfo vous propose une série de reportages, entre souvenirs insolites et immersion dans l'Allemagne d'aujourd'hui.

- VIDEO. "Le régime s’est effondré en quelques heures": un journaliste de franceinfo assiste par hasard à la chute du mur de Berlin alors qu’il est étudiant

- "C'est une blague ?" : comment Helmut Kohl a appris la chute du mur de Berlin

- Ulrich Pfeifer, "Fluchthelfer" qui creusait des tunnels sous le mur de Berlin

- "Je me suis dit, ils se sont fait voler leur révolution !" : quand la chute du mur de Berlin laissait les militants communistes pantois

Vous êtes à nouveau en ligne