Allemagne : des lignes ferroviaires incendiées, la police soupçonne des opposants au G20

Des trains affichent du retard à la gare de Dresde (Allemagne) après des incendies d\'origines criminelles, lundi 19 juin 2017.
Des trains affichent du retard à la gare de Dresde (Allemagne) après des incendies d'origines criminelles, lundi 19 juin 2017. (ARNO BURGI / DPA / AFP)

Une douzaine de feux ont éclaté entre dimanche et lundi sur des systèmes de signalisation un peu partout en Allemagne.

Mais qui a saboté les rails allemands ? Des incendies d'origine criminelle ont endommagé dans la nuit de dimanche à lundi 19 juin plusieurs lignes ferroviaires en Allemagne. La police soupçonne un lien avec des opposants au sommet du G20, qui doit se tenir le 7 et 8 juillet à Hambourg.

Pour l'heure, la police a recensé une douzaine de feux qui ont éclaté entre dimanche et lundi sur des systèmes de signalisation un peu partout en Allemagne, comme en Basse-Saxe, à Berlin, en Rhénanie du Nord-Westphalie et en Saxe. Des "dégradations dues à des actes de vandalisme" affectaient lundi matin plusieurs lignes, a réagi la Deutsche Bahn, l'opérateur ferroviaire allemand, dans un communiqué.

La police étudie l'authenticité d'une revendication

"Un mobile politique en lien avec le sommet du G20 n'est pas exclu", a indiqué la police dans un appel à témoins. Les enquêteurs sont en train d'étudier l'authenticité d'une lettre de revendication, postée par un groupe baptisé "Shutdown G20" sur une plateforme internet dévolue à la gauche radicale et qui rassemble notamment des textes hostiles au G20. La Protection de l'Etat, chargée de la lutte contre la violence politiquement motivée, a été saisie.

Vous êtes à nouveau en ligne