9 novembre 1989. Le mur de la honte est ouvert

Incrédules, des gardes est-allemands assistent à la destruction d\'un pan du mur de Berlin.
Incrédules, des gardes est-allemands assistent à la destruction d'un pan du mur de Berlin. (AFP / Gerard Malie)

Le mur de Berlin fut construit en une seule nuit, le 13 août 1961, enfermant 2,5 millions de Berlinois.

Mais le désir des habitants de Berlin-Est de passer à l'ouest n'a pas changé pour autant. Ils ont tenté par tous les moyens de franchir le mur pour mettre fin à une vie dominée par les restrictions et placée sous le contrôle du Parti communiste et de la Stasi.



Depuis l'été 1989, les Allemands de l'Est traversaient déjà les frontières de Hongrie et de Tchécoslovaquie, sous prétexte de prendre des vacances pour ensuite passer en Autriche ou en Allemagne fédérale. Ces voyages étaient devenus possibles, car Prague et Budapest avaient ouvert le rideau de fer.



Puis la force des manifestations, qui ont marqué le 40e anniversaire de la RDA, a poussé le régime à ouvrir le mur. Le 9 novembre 1989, à 22 heures, la foule rassemblée aux différents points de contrôle était telle que les gardes-frontières est-allemands ont levé les barrières et jusqu’au petit matin, les Berlinois de l’est sont allés goûter à l’ouest l’air de la liberté.



Malgré la construction du mur, plus de 5000 Allemands de l'Est ont réussi à passer à l'ouest, dont 574 gardes-frontières. L'imagination humaine n'a pas connu de limites pour gagner la liberté. Certains sont passés cachés dans un moteur de voiture, d'autres ont utilisé une montgolfière, mais les plus habiles ont percé un tunnel de 140 mètres sous le mur.

 

Vous êtes à nouveau en ligne