États-Unis : la réforme de l'immigration adoptée par le Sénat

(Jonathan Ernst Reuters)

C'est une victoire de taille pour l'administration Obama. Le Sénat américain a adopté jeudi soir l'ambitieuse réforme de l'immigration, qui aboutirait à la régularisation de millions de sans-papiers dans le pays, mais aussi au renforcement de la frontière avec le Mexique. Mais le chemin avant l'adoption définitive reste encore long.

"Yes we can ! " ont soudain crié, depuis les tribunes du Sénat, de jeunes militants, reprenant à leur compte le slogan de la première campagne présidentielle de Barack Obama. Quelques secondes auparavant, les sénateurs venaient d'adopter, à une large majorité, le texte sur l'immigration qui ouvre la voix à de profonds changements dans la société américaine.

Cette adoption n'est pourtant pas une surprise, tant le consensus semblait avoir gagné du terrain ces dernières semaines dans la classe politique américaine. Les républicains - le sénateur John McCain en tête - ont compris que leur avenir aussi se jouait à travers cette réforme, car les immigrés sont aussi et surtout, des électeurs.

Plus de onze millions de régularisations ?

En attendant, le texte soutenu avec force par Barack Obama devra être harmonisé dans les mois prochains avec une autre version, en préparation du côté de la Chambre des représentants. Le président américain, en visite au Sénégal, a encouragé toute la journée, via Twitter, les sénateurs à voter le texte.

("Retweetez si vous pensez que le Sénat doit voter la réforme de l'immigration aujourd'hui #HistoireAméricaine ")

Cette réforme de l'immigration aboutirait à la régularisation de plus de onze millions de personnes, dont une bonne partie d'origine hispanique, et leur naturalisation, à terme (au bout de treize ans sur le sol américain). Mais le texte, long d'un millier de pages, insiste aussi sur la prévention de l'immigration clandestine, avec la construction de nouvelles clôtures entre les États-Unis et le Mexique, ainsi que le renforcement des effectifs d'agents aux frontières.

Vous êtes à nouveau en ligne