La NSA a recruté l'ex-directeur de la sécurité de Facebook

Un groupe manifeste son soutien à Edward Snowden, le 13 juin 2013 à Washington. Le jeune homme a révélé un gigantesque programme de surveillance menée par la NSA, l\'agence de renseignements américaine. 
Un groupe manifeste son soutien à Edward Snowden, le 13 juin 2013 à Washington. Le jeune homme a révélé un gigantesque programme de surveillance menée par la NSA, l'agence de renseignements américaine.  (WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES)

Le "New York Times" détaille les liens entre l'agence de renseignements américaine et les entreprises de la Silicon Valley. 

Les liens entre la NSA, l'agence de sécurité américaine, et la Silicon Valley sont très étroits. Dans un long article, le New York Times (en anglais) s'en fait écho, vendredi 21 juin. Le quotidien américain y révèle que l'ancien chef de la sécurité informatique chez Facebook, Max Kelly, a quitté le média social en 2010, pour aller travailler pour l'agence de renseignements américaine, empêtrée dans un scandale sur l'espionnage des communications.

Pour le journal, ce recrutement souligne les accointances entre ces deux pôles. "Tous deux cherchent des moyens de collecter, analyser et exploiter des données de millions d'Américains. La seule différence est que la NSA le fait pour le renseignement, et que la Silicon Valley le fait pour l'argent." Le quotidien explique que l'agence investit dans les start-up afin de garder la main sur les technologies en pointe. 

Cette relation étroite se traduit très souvent par des recrutements bien ciblés. "La NSA envoie quelques-uns de ces plus vieux cadres pour attirer les meilleurs d'entre les meilleurs", raconte le New York Times. Ainsi, en 2012, l'organisme a envoyé son directeur, Keith B. Alexander, à Defcon, l'un des plus gros rassemblements de hackers au monde, organisé à Las Vegas. But principal ? "Recruter des pirates pour son agence d'espionnage". 

Vous êtes à nouveau en ligne