VIDEO. Un artiste espagnol peint une colombe sur la tombe de Franco

Capture d\'écran de la vidéo montrant Enrique Tenreiro peindre la tombe de Franco, dans la basilique du mausolée de la \"vallée de ceux qui sont tombés\", à 50 km de Madrid (Espagne), le 31 octobre 2018. 
Capture d'écran de la vidéo montrant Enrique Tenreiro peindre la tombe de Franco, dans la basilique du mausolée de la "vallée de ceux qui sont tombés", à 50 km de Madrid (Espagne), le 31 octobre 2018.  (EL PAIS / YOUTUBE)

En pleine polémique sur l'exhumation de l'ancien dictateur, Enrique Tenreiro a peint une colombe ainsi que les mots "pour la liberté" sur la tombe située dans un mausolée gigantesque près de Madrid.

"Una paloma roja". Un artiste espagnol a été interpellé, mercredi 31 octobre, après avoir peint une colombe rouge et les mots "pour la liberté" sur la tombe de Francisco Franco, dans une Espagne en pleine polémique avant l'exhumation annoncée de l'ancien dictateur (1939-1975). 

Dans une vidéo de cette action diffusée par la télévision publique TVE, on voit l'homme s'agenouiller sur la tombe, face à l'autel de la basilique du mausolée gigantesque que le dictateur s'était fait construire, à une cinquantaine de kilomètres de Madrid.

Puis l'homme écarte les bouquets de fleurs et se met à peindre, aussi vite que possible, un oiseau à la peinture rouge. "Pour la liberté et la réconciliation de tous les espagnols", crie-t-il quand un garde de sécurité accourt pour stopper son geste.

Pour "la liberté volée"

L'artiste a été identifié comme étant Enrique Tenreiro, sculpteur habitué des performances, parfois provocatrices. Interrogé par le journal El Mundo (en espagnol), celui-ci a revendiqué "une action de protestation" pour "la liberté volée" à la génération de ses parents et de ses grands-parents. "C'est mon petit grain de sable, j'espère qu'il servira à alléger la douleur des perdants d'une guerre civile [1936-1939] qui n'aurait pas dû avoir lieu", a-t-il commenté.

Vous êtes à nouveau en ligne