Manuel Valls annoncera mardi son éventuelle candidature aux municipales à Barcelone

Manuel Valls, l\'ancien Premier ministre français, lors d\'un discours à Barcelone pour soutenir l\'unité de l\'Espagne, le 18 mars 2018.
Manuel Valls, l'ancien Premier ministre français, lors d'un discours à Barcelone pour soutenir l'unité de l'Espagne, le 18 mars 2018. (PAU BARRENA / AFP)

L'ancien Premier ministre français Manuel Valls annoncera la semaine prochaine s'il compte se présenter en mai aux municipales de Barcelone, selon un communiqué transmis vendredi par son entourage. En France, les appels à sa démission de l'Assemblée nationale se multiplient. 

"L'ex-Premier ministre de la République française Manuel Valls annoncera le 25 septembre quelle sera sa position par rapport aux élections municipales qui auront lieu à Barcelone en mai 2019", a annoncé l'entourage de Manuel Valls vendredi 21 septembre dans un communiqué. L'ancien Premier ministre français a ainsi prévu d'annoncer son éventuelle candidature à 17 heures (heure locale) au Centre de culture contemporaine de Barcelone.

Natif de Barcelone, mais naturalisé français, Manuel Valls maintient le suspense depuis plusieurs mois sur sa candidature. Plusieurs de ses proches ont confirmé à l'AFP son intention de se présenter dans la métropole catalane. "Il m'en a parlé. Il m'a dit que c'était un choix de vie. Il en est heureux", a ainsi déclaré Aquilino Morelle, ami de l'ancien Premier ministre socialiste et ancien conseiller du président François Hollande. Depuis l'automne, Manuel Valls multiplie les voyages en Espagne, et a participé à de nombreux débats et manifestations politiques pour dénoncer le séparatisme en Catalogne. 

Les appels à sa démission de l'Assemblée nationale se multiplient

Plusieurs députés de divers bords politiques ont réagi à cette annonce, estimant, vendredi 21 septembre, que Manuel Valls devrait démissionner de son siège à l'Assemblée nationale dans le cas où il déciderait de présenter sa candidature aux élections municipales à Barcelone. 

"Il est plus correct vis-à-vis des électeurs qu'il démissionne dès sa déclaration de candidature" a affirmé auprès de l'AFP la députée PS Cécile Untermaier, dans le sillon de Valérie Rabault, présidente des élus sociales à l'Assemblée nationale, qui avait déclaré dimanche sur France 3 : "On ne peut pas être élu de la République française et en même temps mener une campagne à Barcelone". 

"Cela fait depuis avril qu'il réfléchit à sa candidature à Barcelone. Cette situation n'a que trop duré. C'est une situation intenable !", a assuré à l'AFP l'ex-rivale de Manuel Valls aux élections législatives, Farida Amrani (LFI), dont la pétition pour réclamer la démission de l'ex-Premier ministre a recueilli 11 500 signatures. 

Vous êtes à nouveau en ligne