Manuel Valls va-t-il se présenter à la mairie de Barcelone ? Voici les indices qui permettent de le penser

Manuel Valls à Barcelone (Catalogne, Espagne), le 18 mars 2018, lors d\'une manifestation pour soutenir l\'unité de l\'Espagne.
Manuel Valls à Barcelone (Catalogne, Espagne), le 18 mars 2018, lors d'une manifestation pour soutenir l'unité de l'Espagne. (PAU BARRENA / AFP)

L'ancien Premier ministre doit annoncer sa décision mardi. En attendant, il s'installe de plus en plus dans le paysage de la capitale catalane.

L'ancien Premier ministre français Manuel Valls doit annoncer, mardi 25 septembre, s'il se présente en mai prochain aux municipales à Barcelone, selon un communiqué transmis vendredi 21 septembre par son entourage. L'annonce de l'ancien Premier ministre est prévue à 19 heures au Centre de Culture contemporaine de la métropole catalane. En attendant la fin du suspense savamment entretenue par le député de l'Essonne, franceinfo récapitule les cailloux semés par Manuel Valls sur la route de sa probable candidature.

Il s'amuse à entretenir un faux suspense

Tel le "teasing" d'une superproduction américaine, l'ancien chef du gouvernement français joue l'indécision depuis des mois au sujet de sa candidature. Il a commencé par annoncer en avril dernier qu'il envisageait d'être candidat à la mairie de Barcelone en 2019, avant de multiplier les initiatives. 

Né dans la capitale catalane mais naturalisé français, l'ancien socialiste entretient en réalité un faux suspense. Plusieurs de ses proches ont confirmé à l'AFP son intention de se présenter dans la métropole catalane. "Il m'en a parlé. Il m'a dit que c'était un choix de vie. Il en est heureux", confie ainsi  Aquilino Morelle, ami de l'ancien Premier ministre socialiste. "Ce challenge, je pense qu'il va le relever. S'il réussit, cela montera que l'Europe fait sens aujourd'hui", a confirmé Sébastien Gros, un autre ami de l'ancien maire d'Evry, en région parisienne.

Le dernier tweet de Manuel Valls ressemble d'ailleurs à une annonce de candidature officieuse. L'ancien maire d'Evry (Essonne) laisse entrevoir ses pieds sur un carrelage avec en légende un simple mot : "Barcelone..."

Il est de plus en plus présent à Barcelone

Pour se préparer à une éventuelle candidature, Manuel Valls multiplie les allers-retours entre la France et l'Espagne. Sur place, il a participé à de nombreux débats et manifestations politiques en faveur du maintien de la Catalogne au sein de l'Espagne. Mercredi 19 septembre, il était encore à Saragosse pour la présentation du livre Anatomia del procés, une œuvre collective cosignée avec des journalistes et des intellectuels, dont il a écrit la préface.

L'engagement de l'ancien Premier ministre pour dénoncer le séparatisme a ainsi donné l'idée au parti de centre-droit Ciudadanos de lui proposer de se présenter aux prochaines municipales, affirme les proches du député français. Une idée séduisante pour l'ancien socialiste qui installe de plus en plus sa vie de l'autre côté des Pyrénées. En septembre, il est par exemple devenu professeur au sein de la prestigieuse école de commerce barcelonaise Esade.

Manuel Valls a également des raisons de cœur pour se rapprocher de la Catalogne. Séparé de la violoniste Anne Gravouin, l'ancien Premier ministre a retrouvé l'amour en Espagne. Il s'affiche en couverture de Paris Match avec Susana Gallardo, 53 ans, une figure de la haute bourgeoisie catalane. "Sa compagne espagnole est appréciée dans l'électorat qu'il veut conquérir à Barcelone, et lui, de son côté, incarne un combat qu'elle mène depuis longtemps", résume un proche dans L'Express.

Il s'est entouré de conseillers

Lors de ses nombreux déplacements en Espagne, Manuel Valls ne perd pas de temps. Cet été, il a multiplié les contacts dans les milieux d’affaires et a rencontré l’ancien Premier ministre José Maria Aznar, assure L'Opinion. Mais il s'est aussi entouré de conseillers, selon ses proches, comme l'éminent consultant politique Xavier Roig, ancien bras droit de Pasqual Maragall, qui a dirigé Barcelone de 1982 à 1997. Le maire socialiste reste associé à plusieurs grandes réussites de la capitale catalane, comme les Jeux olympiques de 1992.

Selon Le Monde, Manuel Valls compte aussi sur les conseils de Guillermo Basso, ancien technicien supérieur au cabinet du maire de Barcelone. Libération ajoute que le probable candidat a rencontré dans sa pré-campagne des figures régionales, comme l’architecte Oscar Tusquets, l’écrivain Javier Cercas ou l’éditeur Jorge Herralde. Avec ces multiples rendez-vous, Manuel Valls espère ainsi répondre aux critiques de certains politiques qui lui reprochent sa méconnaissance de la ville.

Il a tout prévu, jusqu'à son adresse e-mail

Pour atterrir à Barcelone, Manuel Valls n'a rien laissé au hasard dans sa préparation. "Il est extrêmement méticuleux et étudie tout pour que ça puisse se faire", confiait au Figaro son ancien conseiller en communication Harold Hauzy au début du mois de septembre. Le dispositif semble en place puisque même l'adresse e-mail utilisée pour faire passer le communiqué au sujet de son annonce de mardi prochain a été nommée "Valls 2019", relèvent les journalistes sur Twitter.

L'ancien membre du Parti socialiste français a également mis en place un plan pour les municipales à venir. Dans une stratégie rappelant le macronisme, il espère faire émerger la société civile et dépasser le clivage gauche-droite pour réunir les partisans d’une Espagne unie.

Il ne souhaite donc pas être le candidat du seul parti Ciudadanos et commence à regarder du côté des socialistes barcelonais. Mais la route s'annonce longue, car son arrivée en catalogne ne fait pas l'unanimité. "Je n’oublie pas qu’il incarne un des échecs les plus patentés de la politique française récente : celle d’une gauche soumise aux injonctions des pouvoirs financiers, tacle ainsi dans Libération le philosophe Josep Ramoneda. Valls est un des fossoyeurs de la social-démocratie."

Vous êtes à nouveau en ligne