Catalogne : "Nous avons gagné le droit d'avoir un Etat indépendant", affirme le président de la région Carles Puigdemont. Suivez notre direct

Le président séparatiste catalan Carles Puidgemont lors d\'une interview, à Gérone (Espagne), le 30 septembre 2017.
Le président séparatiste catalan Carles Puidgemont lors d'une interview, à Gérone (Espagne), le 30 septembre 2017. (PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP)

Le président de la Catalogne n'a pas donné de résultat du référendum, mais a expliqué qu'il allait transmettre les résultats au Parlement catalan, ce qui entraînerait une déclaration d'indépendance dans les deux jours. 

"Les Catalans ont gagné le droit à être écoutés et respectés", a déclaré le président de la région catalane Carles Puigdemont dimanche 1er octobre. Les résultats partiels font état d'un raz de marée en faveur du "si" à l'indépendance, sans qu'on dispose des chiffres de participation. En conséquence, Puigdemont va transmettre les résultats au Parlement catalan, ce qui peut entraîner une déclaration d'indépendance dans les deux jours. Suivez le fil des événements avec franceinfo.

Bureaux de vote fermés à 20 heures. Comme l'avaient annoncé les organisateurs du scrutin jugé illégal par Madrid, les bureaux de vote ont fermé à 20 heures. Des milliers de militants s'étaient rassemblés pacifiquement devant les centres de vote, dès 6 heures du matin, dimanche. Ils disaient vouloir protéger les bureaux et défendre leur "droit de voter".

La police est intervenue dans plusieurs centres. Madrid a fait saisir des urnes dans plusieurs bureaux de vote de Catalogne, bloquant les accès de certains d’entre eux, dimanche matin. Le gouvernement central a interdit le scrutin, jugé illégal par la Cour constitutionnelle espagnole. 

Quelque "465 personnes ont reçu une assistance médicale". C'est ce qu'a déclaré un porte-parole des services de santé de la région. Elle a ajouté qu'à sa connaissance il y avait deux blessés graves, un homme victime d'un infarctus pendant une intervention de la police à Lérida, à quelque 150 km à l'ouest de Barcelone, et une personne atteinte à l'œil.

Madrid droit dans ses bottes. "Aujourd'hui, il n'y a pas eu de référendum d'autodétermination en Catalogne. L'Etat de droit reste en vigueur avec toute sa force", a déclaré le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy. Ce à quoi Carles Puigdemont a répliqué : "L'Espagne a écrit une nouvelle page honteuse de son histoire avec son traitement du référendum catalan".

Vous êtes à nouveau en ligne