Catalogne : le "oui" à l'indépendance l'emporte avec 90% des voix, selon le gouvernement catalan

Des militants favorables à l\'indépendance de la Catalogne font face à la police espagnole, le 1er octobre 2017, à Barcelone.
Des militants favorables à l'indépendance de la Catalogne font face à la police espagnole, le 1er octobre 2017, à Barcelone. (ALBERT SALAM / NOTIMEX / AFP)

Les dirigeants séparatistes de Catalogne évoquent désormais une possible déclaration d'indépendance, alors que Madrid continue d'affirmer que cette consultation n'est qu'une "une simple mise en scène".

L'exécutif catalan se targue d'avoir obtenu une large victoire du "oui" lors du référendum d'autodétermination interdit en Catalogne. Le gouvernement séparatiste a affirmé dans la nuit du dimanche 1er au lundi 2 octobre que le "oui" à l'indépendance de la région espagnole l'avait emporté, avec 90% des voix. Le taux de participation atteint selon lui 42,3%.

>> Analyses et réactions : suivez notre direct au lendemain du référendum sur l'indépendance en Catalogne

Le porte-parole du gouvernement, Jordi Turull, a assuré que quelque 2,26 millions de personnes avaient participé au scrutin et que 2,02 millions avaient voté "oui". Les électeurs devaient répondre à la question "voulez-vous que la Catalogne devienne un Etat indépendant sous forme de République ?".

Aucun critère pour garantir la fiabilité des résultats

Le référendum n'était cependant assorti d'aucun des critères garantissant la fiabilité des résultats : listes électorales transparentes, commission électorale indépendante, vote secret. Selon Jordi Turull, 176 000 personnes ont voté "non", alors que le référendum – interdit par la Cour constitutionnelle – a été boycotté par tous les partis d'opposition aux séparatistes.

Selon les sondages, la Catalogne serait divisée à parts presque égales entre les partisans de l'indépendance et ceux d'un maintien au sein de l'Espagne. En revanche, près de 80% des électeurs souhaiteraient un référendum légal, selon ces enquêtes d'opinion.

La pression s'accentue

Le fossé se creuse encore un peu plus entre Madrid et les dirigeants séparatistes,  qui évoquent désormais une possible déclaration d'indépendance. Dans un entretien à l'AFP, Carles Puigdemont, 54 ans, à la tête de la Catalogne depuis début 2016, avait assuré qu'en cas de victoire du "oui", il déclarerait l'indépendance de la Catalogne, région stratégique au cœur de l'Europe représentant 19% du PIB espagnol.

Conscient de la situation de blocage, le président catalan en a appelé à l'Union européenne, l'enjoignant à "ne plus regarder ailleurs". Les tensions devraient se poursuivre cette semaine. Pas moins de  44 organisations – dont les principaux syndicats catalans et deux associations indépendantistes – ont appelé à une journée de grève générale et de mobilisations mardi en Catalogne.