Barcelone : des milliers de manifestants tentent de bloquer l'aéroport pour protester contre la condamnation de leaders indépendantistes

Des manifestants font face aux forces de l\'ordre devant l\'aéroport de Barcelone, le 14 octobre 2019. 
Des manifestants font face aux forces de l'ordre devant l'aéroport de Barcelone, le 14 octobre 2019.  (LLUIS GENE / AFP)

La police anti-émeutes a chargé à plusieurs reprises les centaines de militants qui ont tenté de pénétrer dans le terminal. Ces derniers ont répliqué en jetant pierres et poubelles sur les forces de l'ordre.

Des milliers de manifestants en colère sont descendus dans les rues de Barcelone, lundi 14 octobre, après la condamnation de neuf dirigeants indépendantistes catalans à de la prison ferme pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017. Ils ont ensuite rejoint l'aéroport de Barcelone pour tenter de le bloquer. 

La police anti-émeutes a chargé à plusieurs reprises les centaines de militants qui ont tenté de pénétrer dans le terminal. Ces derniers ont répliqué en jetant pierres et poubelles sur les forces de l'ordre. Selon les services d'urgence, 37 personnes ont été blessées, dont 34 à l'aéroport. 

"Les rues sont toujours à nous"

Au total, 108 vols ont été annulés, selon le gestionnaire aéroportuaire Aena. De nombreux voyageurs ont été contraints de quitter leurs véhicules sur l'autoroute pour rejoindre le terminal à pied avec leurs valises. Dans la soirée, les milliers de manifestants ont rejoint le centre de la métropole catalane, pour un rassemblement prévu depuis plusieurs jours. "Les rues seront toujours à nous", ont-ils crié en brandissant des drapeaux indépendantistes.

Ces derniers jours, le gouvernement espagnol de Pedro Sanchez avait envoyé des renforts policiers, craignant des manifestations violentes. Une plateforme baptisée "Tsunami démocratique" avait déjà appelé les militants à manifester et à bloquer l'aéroport en cas de condamnation des leaders indépendantistes. Neuf d'entre eux ont été condamnés à des peines allant de neuf à douze ans de prison par la Cour suprême espagnol. Des peines lourdes mais bien en deça des 25 ans réclamés par le parquet pour "rébellion". 

Vous êtes à nouveau en ligne