Espagne : la police de l'environnement fait régner la loi

Voir la vidéo
France 3

En Suède et en Espagne, un parquet de l'environnement existe depuis maintenant dix ans, consacré à lutter contre les délits et crimes environnementaux. Résultat : les condamnations en la matière ont plus que triplé. Des associations réclament une juridiction similaire en France.

Miguel Angel Sanchez vit depuis toujours ici, au centre de l'Espagne, sur les hautes plaines de Castille. Et s'il y a bien une chose qui le met en colère, c'est cet énorme aqueduc. Construit à la fin des années 1970, il pompe l'eau du Tage pour alimenter les stations balnéaires de la côte et les zones d'agriculture intensive, à 300 km de là. En aval, faute de débit, le fleuve est quasiment mort.

Les algues nuisibles ont tout envahi. Miguel Angel Sanchez et l'association de défense du Tage réclament un meilleur partage des eaux. Ils ont saisi le parquet de l'environnement, une institution judiciaire spécialisée qui n'existe qu'en Suède et en Espagne , l'équivalent pour l'environnement du parquet policier français. Constructions illégales, incendies volontaires, préservation de la faune et de la flore : ces spécialistes sont capables d'instruire des dossiers souvent extrêmement techniques.

20% de condamnations en plus en 2017 qu'en 2016

Les gendarmes de la Seprona, l'unité spécialisée de la garde civile, sont le bras armé de l'environnement. Ce jour-là, ils sont sur les traces d'un pollueur. Les eaux qui se déversent ici, en contrebas d'une zone d'habitation, leur paraissent suspectes. Dans le coffre de la voiture, ce mini-laboratoire. Des moyens dignes de la police scientifique. Le point de départ d'une enquête qui se fera sous la houlette du parquet de l'environnement.

Le coupable risque six mois à deux ans de prison pour délit écologique. Obtenir des condamnations, c'est ce qu'espère l'association de défense du Tage. Sa plainte sur l'aqueduc est en cours d'instruction. En attendant, une fois par mois, elle manifeste dans les rues de Tolède. Le nombre de dossiers instruits par le parquet de l'environnement qui aboutissent à des condamnations ne cesse d'augmenter : 1 200 l'an dernier ; 20% de plus qu'en 2016.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne