VIDEO. La Grande Barrière de corail, victime de "blanchiment" à 93%

ARC CORAL REEF STUDIES / YOUTUBE

Cette merveille au large de l'Australie est en plein dépérissement. Le phénomène, qui se traduit par une décoloration des coraux, est provoqué par la hausse de la température de l'eau.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Elle traverse le pire épisode de blanchissement de coraux jamais enregistré. Le phénomène affecte 93% des récifs de la Grande Barrière de corail d'après les observations aériennes et les inspections sous-marines des chercheurs de l'Université James Cook de Townsville (nord-est de l'Australie). Le blanchissement n'épargne donc que 7% de ces coraux classés au patrimoine mondial de l'Unesco. "Nous n'avions jamais vu auparavant ce niveau de blanchissement", a déclaré le professeur Terry Hughes, responsable du Groupe de travail national sur le blanchissement des coraux. L'organisme coordonne les travaux d'une dizaine de centres de recherche sur ce phénomène.

"C'est un problème qui ne concerne pas que l'Australie"

Ce dépérissement, qui se traduit par une décoloration des coraux, est provoqué par la hausse de la température de l'eau. La chaleur entraîne l'expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur et ses nutriments. Si le phénomène persiste, les récifs pourraient mourir. Les dégâts varient entre le sud de la Barrière, où les récifs devraient être en capacité de se remettre rapidement, et le nord, où les conséquences sont très graves. "C'est un problème qui ne concerne pas que l'Australie", a affirmé Andrew Baird, de l'université James Cook. Le chercheur relève notamment le dépérissement de coraux en Indonésie ou aux Maldives.

Vous êtes à nouveau en ligne