VIDEO. Guyane : Lambert Wilson s'engage avec Greenpeace contre deux projets jugés dangereux pour l'environnement

Le comédien Lambert Wilson, engagé depuis plus de dix-huit ans aux côtés de l’association écologiste Greenpeace, revient de Guyane. Dans une tribune dans "Le Parisien", il dénonce deux projets estimés nuisibles pour l’environnement : une mine d’or et des forages pétroliers… Extrait du magazine "20h30 le dimanche" du 3 juin.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Lambert Wilson revient de Guyane où il a accompagné l’association écologiste Greenpeace. Avec le député européen (EELV) Yannick Jadot, il vient de signer une tribune dans le quotidien Le Parisien, qui se termine ainsi : "Que le massacre cesse, monsieur le président !"

"Il y a deux sujets en Guyane qui sont très préoccupants", répond le comédien sur le plateau du magazine "20h30 le dimanche" (Facebook, Twitter, #19hLD). "D’une part l’éventualité de la création d’une mine d'or cédée par l’Etat français à un consortium canadien et russe. On dévasterait une grande région de la forêt tropicale pour faire cette mine à ciel ouvert en utilisant des matières comme le cyanure pour amalgamer l’or."

"La destruction serait énorme à très long terme"

"D’autre part, dans l’embouchure de l’Amazone, il y a un projet Total, cette fois-ci, qui ferait des forages pétroliers là où des scientifiques brésiliens viennent de découvrir des massifs coralliens", précise Lambert Wilson, soutien de l’ONG depuis plus de dix-huit ans, qui a aussi passé près de quinze jours dans le département français et au Brésil.

Les intérêts économiques s’opposent peut-être aux priorités écologiques ? "En fait, les intérêts économiques sont extrêmement faibles, répond-il à Laurent Delahousse. Pour le projet Montagne d’or, on parle de 750 emplois sur dix ans, alors que la destruction serait énorme à très long terme. Les 750 emplois sur dix ans, pardonnez-moi l’expression, mais c’est 'cacahouète' par rapport à la destruction."

Vous êtes à nouveau en ligne