VIDEO. Dans les Alpes, la mer de glace est victime du réchauffement climatique

Une équipe de France 2 est allée constater sur place la fonte de ce glacier mythique. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les glaciers du massif du Mont-Blanc fondent à vue d'œil. Aux abords de la mer de glace, au-dessus de Chamonix (Haute-Savoie) un gigantesque escalier a été construit pour suivre la diminution du glacier : avec 4 m de fonte par an en moyenne, il s'allonge de 20 à 25 marches chaque année. France 2 est allé constater sur place cette conséquence du réchauffement climatique.

Un recul de plus d'un kilomètre d'ici à 2040

En effet, les fontes estivales ne sont plus compensées par les chutes de neige en hiver. Le manteau neigeux devient de plus en plus fin, constatent les glaciologues qui scrutent avec attention les moindres recoins de ces glaciers des Alpes avec inquiétude. Et pour cause, d'ici à 2040, le glacier de la mer de glace pourrait encore reculer de plus d'un kilomètre.

Selon une étude réalisée par des glaciologues du Legos, à Toulouse et du LGGE à Grenoble, "les glaciers demeurent stables au-dessus de 3 800 m, mais se rétractent fortement en dessous", rapporte Libération, mardi 2 juin. Et le glacier de la mer de glace n'est pas le plus en danger. "Certains glaciers, comme celui de la Brenva, sur le versant italien, perd 12 m d'épaisseur de glace par an", poursuit le quotidien.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne