VIDEO. Au Kazakhstan, la mer qui disparaît

France 2

A cause de la chaleur et de chantiers de l'ex-URSS, la mer d'Aral a pratiquement disparu.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les chameaux ont remplacé les poissons. A la place de la mer d'Aral, au Kazakhstan, on ne trouve qu'une épaisse couche de sel à perte de vue. Ce qui était la 4e mer fermée du monde a en effet pratiquement disparu. Evaporée sous la chaleur.

L'espérance de vie s'est effondrée

Survivre est devenu un défi pour les habitants aux alentours. Ici, impossible de faire pousser le moindre fruit, le moindre légume.

L'espérance de vie s'est effondrée. Les femmes souffraient d'anémie et il a fallu leur interdire d'avoir des enfants au début des années 90. "Il y a eu des enfants malades et malformés", explique Erkeboulan Bekjanov, responsable du système de régulation des eaux.

Cet asséchement, il est en partie dû aux chantiers de l'ex-URSS. Le bloc soviétique a décidé dans les années 60 de détourner des fleuves pour alimenter des cultures intensives, comme celle du coton. L'eau consommée n'irriguait plus la mer d'Aral.

Tout n'est pas perdu : les Kazakhs ont réussi à réalimenter une portion de la mer en détournant les eaux d'un fleuve. Mais pour beaucoup de scientifques, il est déjà trop tard.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne